Total vise 10 milliards d'euros de cessions d'actifs

le
0

TOTAL VISE 10 MILLIARDS D'EUROS DE CESSIONS D'ACTIFS
TOTAL VISE 10 MILLIARDS D'EUROS DE CESSIONS D'ACTIFS

LONDRES/PARIS (Reuters) - Total a annoncé lundi son intention de poursuivre ses cessions d'actifs et de réduire ses coûts opérationnels afin d'atteindre son objectif de génération de trésorerie pour 2017 malgré une croissance de sa production moins rapide que prévu.

Confronté à des arrêts de sites et à des retards de projets, le groupe pétrolier français a précisé à l'occasion d'une journée investisseurs organisée à Londres qu'il visait désormais une production de 2,3 millions de barils par jour en 2015 (contre 2,6 millions auparavant) et de 2,8 millions en 2017 (contre 3 millions).

"Nous avons plus de 15 projets majeurs pour alimenter la croissance future (...), dont nous opérons les deux tiers, ce qui nous rend confiants dans l'atteinte de ces objectifs", a déclaré le directeur financier du groupe, Patrick de La Chevardière.

Total entend céder pour 10 milliards de dollars d'actifs sur la période 2015-2017, après avoir réalisé un programme de 15 à 20 milliards en 2012-2014, et veut réduire ses coûts d'exploitation de 2 milliards par an en 2017.

Dans l'amont, il veut renforcer le contrôle de ses investissements, démarrer les projets dans le respect des budgets et des plannings impartis et faire des économies sous la houlette d'un nouveau patron de l'Exploration, Kevin McLachlan, qui sera en fonctions début 2015 mais prépare déjà une nouvelle stratégie.

Le groupe a également confirmé la réduction de ses investissements organiques, qui devraient s'élever à 25 milliards de dollars en 2015 après un pic de 28 milliards en 2013.

Il a aussi réitéré son objectif de flux de trésorerie disponible avant dividende de 15 milliards de dollars en 2017 (contre 2,6 milliards en 2013) mais a abaissé sa prévision en la matière pour 2015 à 7 milliards (contre 10 milliards auparavant).

Patrick de La Chevardière a en outre estimé que Yamal LNG, l'un des plus grands projets de gaz naturel liquéfié (GNL) au monde, devrait pouvoir être lancé dans les temps malgré les sanctions internationales édictées à l'encontre de la Russie.

Il précisé que Total, qui détient 20% de ce projet situé dans l'Arctique russe, discutait avec des agences européennes de crédits à l'export afin de compenser l'impossibilité de financer Yamal LNG en dollars.

Le consortium chargé de ce projet de 27 milliards de dollars - dont la mise en service est toujours prévue pour 2017 - discute également avec des banques chinoises, a ajouté Patrick de La Chevardière.

 

(Dmitry Zhdannikov à Londres, Benjamin Mallet à Paris, édité par Dominique Rodriguez)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant