Total va supprimer 178 postes à la raffinerie de la Mède

le , mis à jour à 10:02
0
Total va supprimer 178 postes à la raffinerie de la Mède
Total va supprimer 178 postes à la raffinerie de la Mède

Même si Total a déjà annoncé par anticipation qu'il n'y aurait pas de destruction d'emplois et qu'aucun site ne sera fermé, la compagnie pétrolière vient d'officialiser ce jeudi le projet de réorganisation de ses raffineries dans l'Hexagone, avec 178 départs volontaires sur 430 postes à la raffinerie de la Mède (Bouches-du-Rhône), qui cessera fin 2016 son activité de raffinage de pétrole brut et sera reconvertie notamment dans la production de biocarburants. 

Le plan prévoit également la modernisation de la raffinerie de Donges (Loire Atlantique) pour produire des carburants adaptés au marché européen. L'ensemble représente un investissement de 600 millions d'euros.

Total souligne qu'aucun site ne sera fermé

Total qui exploite cinq sites de raffinage en France souffre, comme l'ensemble du secteur européen, de surcapacités dans un contexte de baisse de la demande de produits pétroliers. Face à cette situation, le groupe a présenté jeudi lors d'un comité central d'entreprise (CCE), à son siège de La Défense, un plan de réorganisation de ses raffineries sur plusieurs années.

Si, en 2009-2010, l'officialisation de la fermeture de la raffinerie des Flandres à Dunkerque avait provoqué un tollé (plusieurs semaines de grève, des milliers de tonnes de pétrole brut bloqués), Total a tenté de rassurer les 3 800 salariés qu'il emploie dans cette activité. Patrick Pouyanné, le directeur général de Total, avait déjà annoncé lundi, dans «Les Echos», qu'aucun site ne serait fermé et qu'aucun salarié non cadre ne serait conduit à une mobilité forcée.

Une raffinerie sur quatre fermée en Europe d'ici à 2040

Dans un contexte de crise et consommation d'essence en baisse depuis plusieurs années, les raffineries en France mais aussi en Europe tournent à bas régime à 79% en moyenne de leurs capacités. Par ailleurs, les activités de raffinage en France subissent une concurrence internationale de plus en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant