Total restructure son site de Carling en Moselle

le
0
Après ses déboires liés à la fermeture de Dunkerque, le groupe soigne les 320 salariés dont le poste sera supprimé.

Total a conforté mercredi les craintes des salariés de son site de Carling (Moselle). Le groupe pétrolier a officialisé lors d'un comité central d'entreprise (CCE) la suppression de 210 emplois sur sa plateforme chimique, avec l'arrêt du vapocraqueur, une unité qui sert à transformer les produits pétroliers en éthylène et propylène, nécessaires tous les deux à la fabrication de matières plastiques.

Cette restructuration ne signifie pas la fermeture définitive du site. Le groupe pétrolier précise qu'il va investir 160 millions d'euros pour reconfigurer sa plateforme, destinée à devenir «un centre leader européen sur le marché des résines d'hydrocarbures et des polymères». Ce double segment vise les marchés des adhésifs, de l'automobile et de l'électronique. Pour Patrick Pouyanné, directeur général de la branche raffinage-chimie, il s'agit «...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant