Total prévoit que le prix du brut reste faible au 1er semestre

le
7
TOTAL ESTIME QUE LE PRIX DU PÉTROLE RESTERA FAIBLE AU 1ER SEMESTRE
TOTAL ESTIME QUE LE PRIX DU PÉTROLE RESTERA FAIBLE AU 1ER SEMESTRE

PARIS (Reuters) - Total estime que le prix du pétrole devrait rester faible au cours du premier semestre 2015, a déclaré le directeur général du groupe pétrolier français, Patrick Pouyanné, lors d'un entretien à France 2 diffusé mercredi.

L'effondrement des cours du pétrole atteint désormais environ 60% depuis juin 2014, sous les 50 dollars le baril..

"Je crois franchement qu'il va rester à des niveaux bas pour le premier semestre 2015", a dit Patrick Pouyanné, interrogé à l'occasion du Forum économique de Davos.

"Après on verra, ça dépend de beaucoup de paramètres, quel va être le comportement d'un certain nombre de grands pays producteurs notamment", a-t-il ajouté, soulignant que la chute du pétrole était due à une combinaison de demande faible, due au marasme économique et aux économies d'énergie, et d'offre surabondante, avec en particulier la production de pétrole de schiste des Etats-Unis.

"Si ça dure, (...) c'est bon pour l'économie (...), ça veut dire que la demande de produits pétroliers va remonter, et donc un jour ou l'autre le prix du pétrole remontera."

Patrick Pouyanné est directeur général de Total depuis le décès du PDG Christophe de Margerie en octobre dans un accident d'avion.

Le dirigeant a par ailleurs déclaré au Financial Times que Total prévoyait de réduire de 10% ses investissements cette année et d'accélérer ses réductions de coûts afin de s'adapter à la forte baisse des cours du pétrole.

Au Forum économique mondial de Davos, mercredi matin, Patrick Pouyanné a confirmé avoir donné pour instruction de limiter les investissements dans les champs de gaz de schiste exploités par Total sur la côte Est des Etats-Unis du fait de la chute des cours du brut.

"Mais je peux revenir dans un an quand les prix remonteront", a-t-il ajouté.

Sur France 2, Patrick Pouyanné a indiqué que cette situation n'entraînerait "pas des emplois en moins" dans le groupe.

"Nous sommes un grand pétrolier, donc par rapport à des concurrents plus petits nous souffrirons moins (...), nous savons que nous pouvons traverser ce type de période de basses eaux."

"En même temps c'est vrai que nous avons un 'challenge' parce que ça veut dire des revenus en moins, et donc pour les salariés ça veut dire que le mot d'ordre, c'est qu'on doit maîtriser nos coûts (et) baisser notre point mort."

Prié de dire si, depuis les récents attentats à Paris, son groupe avait renforcé ses mesures de sécurité, notamment dans les pays musulmans où il est présent, Patrick Pouyanné a évoqué "des pays plus sensibles que d'autres", tels que le Yémen.

"Nous avons une usine qui fait du gaz naturel liquéfié qui représente 40% du produit intérieur brut du Yémen, nous avons des menaces et nous avons bien évidemment renforcé le dispositif de sûreté", a-t-il dit.

"Concrètement, ça veut dire que nous avons même mobilisé des moyens militaires de l'Etat du Yémen pour protéger nos installations et renforcer également les moyens de surveillance de l'usine."

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a condamné mardi la poursuite des violences au Yémen entre les miliciens chiites houthis et la garde présidentielle, appelant à la fin immédiate des hostilités et au rétablissement de l'ordre à Sanaa, la capitale secouée ces derniers jours par des combats.

Total détient notamment dans le pays une participation de 39,62% dans l'usine de liquéfaction de Yemen LNG située à Balhaf, sur la côte sud du pays.

(Benjamin Mallet, avec Dmitry Zhdannikov à Davos et Dominique Rodriguez)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kejocol le mercredi 21 jan 2015 à 12:40

    qu'en est il du prix a la pompe car c'est ce qui nous interesse, le baril a 47 euros deja depuis plusieurs semaines n'a pas fait baisser le prix du litre a la pompe tjrs a 1.06euros. Total s'en met plein les poches depuis un mois.

  • syjo le mercredi 21 jan 2015 à 12:12

    le prix de l'extraction c'est entre 5et10 $ le baril en arabie seoudite, soit entre 3et5 centimes d'euro à la pompe le litre de go, Pour savoir où est passé la différence, je vous fais pas un dessin !!

  • b26crest le mercredi 21 jan 2015 à 11:28

    Le grand avantage des prévisions est qu'on les oubli vite. Les mêmes qui n'ont pu venir la baisse actuelle, prédisent le futur... soit, un semestre n'est pas long, le risque d'erreur petit

  • titide le mercredi 21 jan 2015 à 11:12

    pourtant les prix à la pompe remontent ?????la gas oil est remonté à 1,10 voire plus !!

  • squal72 le mercredi 21 jan 2015 à 11:03

    Le prix à la pompe ne reviendra pas à 0,9 € /L lorsque le baril coutait 50 USD !!! Le gouvernement se gave dessus pour rembourser son train de vie !!!

  • flexmoul le mercredi 21 jan 2015 à 11:00

    Avec le crack consécutif du petit QE Merkelién, de la sortie de l'euro. Il va y avoir une course aux MP notamment le brut et l'or donc vers Juin, ça va remonter sévère sur les commodities

  • p.cuquel le mercredi 21 jan 2015 à 10:37

    est-ce que le prix à la pompe aura le temps d'atteindre son point bas ?.... C'est la bonne question...