Total: peu de mouvements en Bourse avant l'Opep.

le
0

(CercleFinance.com) - C'est donc mercredi que l'Opep organisera, à Vienne, un sommet aussi incertain qu'attendu par les opérateurs pétroliers. Qu'en est-il de l'action Total ? La major pétro-gazière française semble relativement peu sensible à la proximité de l'événement. Le titre, qui a finalement bien résisté à l'effondrement des cours du pétrole ces deux dernières années, semble surtout porté par la crédibilité qu'inspire son dividende.

Récapitulons rapidement : voilà un peu plus de deux ans, l'Opep abandonnait purement et simplement des quotas de production de de toute façon, elle ne respectait plus. En quelque sorte, l'organisation ouvrait les vannes du brut et cessait de jouer son rôle de cartel.

La réunion du 30 novembre 2016 est des plus attendues car à cette occasion, l'Opep pourrait indiquer comment elle compte s'y prendre pour rétablir ses quotas entre 32,5 et 33 millions de barils/jour. Soit 500.000 barils/jour de moins que sa production d'octobre. Si tant est que les pays membres parviennent à se mettre d'accord, ce qui n'est pas acquis, l'offre de pétrole pourrait devenir moins pléthorique. A suivre.

Faisons un parallèle avec Total : depuis deux ans en Bourse, le titre évolue schématiquement entre 48 euros (cours débordé au printemps 2015) et 34 euros, niveau touché début février 2016, peu après que le Brent ait sombré jusqu'à 27,1 dollars.

Depuis lors, le baril de Brent est vivement remonté dans la zone des 47/48 dollars, ce qui correspond à une envolée de 75% sur son point bas. Parallèlement, depuis son plancher annuel du 11 février, l'action Total a certes repris du terrain (+ 28% à 43,6 euros à cette heure), mais beaucoup moins. Et son amplitude est nettement plus limitée.

Comme toutes les majors, Total a réagi à la chute du brut en sabrant dans ses investissements, et donc dans les commandes auprès de ses fournisseurs parapétroliers, tout en réduisant ses coûts d'extractions et ses frais généraux. L'un des objectifs : pérenniser son dividende trimestriel de 0,61 euro, qui procure un rendement annuel de 5,5%.

“En 2017, le cash flow généré par les opérations couvrira les investissements organiques, renouvellement des ressources inclus, et le dividende payé en numéraire avec un prix du pétrole à 55 dollars par baril”, réaffirmait le PDG, Patrick Pouyanné, dans la dernière livraison (n° 52) de la lettre à l'actionnaire de Total.

A suivre sur l'agenda de Total : le prochain acompte sur dividende de 0,61 euro sera détaché le 21 décembre. Puis les comptes 2016 seront présentés le 9 février 2017.

A en croire le consensus FactSet, les 35 analystes qui suivent la valeur Total en ont une opinion très positives : 18 sont à l'achat, 4 à “renforcer” et 12 à conserver. Il n'existe donc qu'un seul conseil vendeur, et l'objectif de cours moyen se situe à 48 euros.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant