Total ne veut pas exploiter le pétrole de l'Arctique

le
1
Le PDG de Total Christophe de Margerie estime qu'une fuite de pétrole dans l'Arctique aurait des répercussions désastreuses pour l'image du groupe.
Le PDG de Total Christophe de Margerie estime qu'une fuite de pétrole dans l'Arctique aurait des répercussions désastreuses pour l'image du groupe.
Le point de vue de la multinationale française contraste avec celui de ses concurrents.
Les associations de protection de l'environnement, Greenpeace en tête, n'ont de cesse d'alerter sur les risques des forages pétroliers dans l'océan Arctique, lequel, on le sait, abrite un immense vivier d'hydrocarbures [NDLR : Selon une étude de l'US Geological Survey (USGS), il pourrait même renfermer un cinquième des réserves mondiales de pétrole et de gaz qui n'ont pas encore été découvertes]. Lesdits forages doivent il est vrai avoir lieu dans des eaux particulièrement profondes et de leur point de vue, les géants de l'or noir ne sont aujourd'hui pas à même de garantir leur déroulement dans des conditions de sécurité optimales.
Survenue en avril 2010 dans le Golfe du Mexique (États-Unis), l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon est restée dans toutes les mémoires. Elle a surtout provoqué d'immenses dommages sur la biodiversité locale, qui mettra des années voire des décennies à s'en remettre.
Déjà menacée par le réchauffement climatique, la pollution et la surpêche, celle du Grand Nord payerait aussi, c'est une certitude, un très lourd tribut à une catastrophe pétrolière de cette ampleur. Déterminé à y jouer les premiers rôles, le groupe anglo-néerlandais Shell a de son côté officialisé il y a quelques jours un nouveau report de son programme de forages dans la région, originellement prévu pour débuter en 2010, mais suspendu une
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grinchu1 le jeudi 27 sept 2012 à 14:40

    courage!Fuyons!C'est pas de chez nous,ça ?