Total n'investira plus en Iran

le
0
Le géant pétrolier a officialisé l'arrêt de toute activité dans ce pays où il était «fort peu présent». Shell, Statoil et Eni ont joué la même carte, celle de se mettre à l'abri des sanctions en provenance des Etats-Unis.

En début de soirée ce jeudi, le département d'Etat américain, par la voix de son secrétaire adjoint James Steinberg, annonçait que quatre majors s'étaient engagées à mettre fin à leurs investissements en Iran et à «se refuser à toute nouvelle activité dans le secteur de l'énergie en Iran» : l'anglo-néerlandais Shell, le norvégien Statoil, l'italien Eni et Total. Le français a confirmé à l'AFP cette décision.

«A la suite des questions qui nous ont été posées par le département d'Etat, Total a confirmé qu'il se conforme à l'ensemble des lois applicables tant au niveau international et européen qu'au plan national ce qui (...) ne peut que limiter a minina nos activités dans le pays dans lequel nous étions fort peu présents», selon une déclaration faite à l'AFP.

Une telle prise de position permet surtout d'éviter les sanctions qu'ils se seraient vus infligés par les Etats-Unis eux-mêmes. James Steinberg, qui a insisté sur ce point a ainsi fait écho

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant