Total met en vente 80% d'un champ en mer du Nord-sources

le
0

* Total espère tirer jusqu'à $1,5 md de Laggan-Tormore-sources * Les "majors" cèdent des actifs sur fond de chute des cours * Laggan-Tormore fait figure d'actif de choix en mer du Nord (Actualisé avec éléments de contexte) par Ron Bousso et Dmitry Zhdannikov LONDRES, 11 mars (Reuters) - Total TOTF.PA cherche à vendre sa participation de 80% dans le gisement de Laggan-Tormore en mer du Nord et espère en tirer jusqu'à 1,5 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros), apprend-on auprès de sources bancaires. Le groupe français espère conclure la transaction en juin, ont-elles ajouté. Situé à quelque 125 km au nord-ouest des îles Shetland, le champ de Laggan-Tormore renferme du pétrole et du gaz. Dong Energy, groupe basé au Danemark, détient le solde de 20%. Une porte-parole de Total a déclaré que le groupe ne commentait pas les rumeurs de marché. Beaucoup de compagnies pétrolières ont entrepris de vendre des actifs en mer du Nord, où les gisements sont vieillissants et les coûts d'exploitation élevés, mais le champ de Laggan-Tormore fait figure d'actif de haute qualité et sa production doit seulement démarrer en fin d'année. A terme, son rythme de production devrait être de 93.000 barils d'équivalent pétrole par jour. Total s'était initialement fixé pour objectif d'en faire son troisième point d'ancrage dans les eaux britanniques après les gisements déjà existants d'Alwyn North et d'Elgin-Franklin. En 2013 encore, le groupe français s'attendait à ce qu'il devienne le principal puits dans cette zone. La chute de près de 50% des cours du pétrole entre juin 2014 et janvier 2015 a cependant conduit Total, comme la plupart de ses concurrents, à réduire ses investissements et à céder des actifs pour améliorer son bilan. Les cours du Brent se sont depuis stabilisés autour de 60 dollars le baril mais ils restent loin de leurs pics à plus de 100 dollars atteints l'an dernier. Total a annoncé le mois dernier qu'il réduirait ses dépenses d'investissement à 23-24 milliards de dollars en 2015, soit une réduction de jusqu'à 13%, et couperait aussi dans ses budgets d'exploration. "Total réaménage son portefeuille et veut des rendements plus élevés ailleurs dans le monde", a dit une des sources. La cession de ce projet clé, qui devait aider le groupe à atteindre son objectif d'une production de 2,8 millions de barils d'équivalent pétrole par jour d'ici 2017, signifie peut-être aussi qu'il ne dispose plus d'actifs secondaires à vendre après une série impressionnante de désinvestissements ces dernières années. (avec Michel Rose à Paris, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant