Total : le tandem Desmarest-Pouyanné prend la direction du groupe

le
4
Total : le tandem Desmarest-Pouyanné prend la direction du groupe
Total : le tandem Desmarest-Pouyanné prend la direction du groupe

Au lendemain de la mort accidentelle du PDG de Total Christophe de Margerie, une solution de transition a été trouvée par le conseil d'administration du groupe. Thierry Desmarest, l'ancien président de Total qui avait cédé sa place à Christophe de Margerie, va prendre la présidence du groupe. Il sera secondé par Patrick Pouyanné, l'actuel directeur général de la branche raffinage-chimie qui sera nommé directeur général.  

Cette gouvernance à deux têtes devrait être provisoire. A 68 ans, Thierry Desmaret, qui préside toujours le comité de gouvernance, devrait progressivement s'effacer par la suite pour que Pouyanné devienne PDG à la fin 2015. 

C'est un duo qui est «solide et rassurant», a immédiatement réagi François Pelegrina, coordinateur de la CFDT, le premier syndicat du groupe. «C'est dans la continuité de ce que fait le groupe Total, donc ce n'est pas une surprise. On utilise les compétences qui sont à l'intérieur de ce groupe, c'est bien», a-t-il ajouté. Selon lui, Patrick Pouyanné a «le même style que Margerie». «C'est un homme qui aime prendre des décisions, avec qui on peut discuter si on a un vrai sujet, qui écoute et ne ferme pas sa porte.»

Le plan «autobus»

Dès l'annonce du drame à Moscou, le groupe avait fait savoir à ses 100 000 employés et aux investisseurs que Total devait «continuer à aller de l'avant». «Le groupe est organisé pour assurer la bonne continuité de sa gouvernance et de ses activités pour faire face à cet événement tragique», avait assuré Jean-Jacques Guilbaud, le secrétaire général de Total. 

Plusieurs hypothèses étaient évoquées depuis le drame. La question de la succession du patron dans les grandes entreprises en cas d'accident ou de vacance imprévue n'est pas taboue. Dans le jargon des entreprises, on appelle cela le plan «autobus». Ce fût le cas en 2006 avec l'arrivée de Michel Rollier à tête de Michelin après le naufrage du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 22 oct 2014 à 13:45

    Pas n'énarque...tout va bien.

  • rraclot le mercredi 22 oct 2014 à 13:28

    C'est très bien! La vie continue chez Total... La confiance aussi..!

  • ceriz le mercredi 22 oct 2014 à 13:21

    le meilleur pour total a été choisis : c rassurant..........

  • msglyon le mercredi 22 oct 2014 à 10:36

    "d'avoir sous la manche" , le pauvre jeune stagiaire auteur de cette brève n'est pas même capable d’écrire français. Pour un soit disant journaliste, c'est un comble. Jusqu'où faut il accepter la nullité professionnelle ? A moins qu'il n’évoque, et dans ce cas mea culpa, un hypothétique lieu de réunion sous marin :-)