Total étudie les options pour éteindre la torchère sur Elgin

le
0
TOTAL EXAMINE TOUTES LES OPTIONS POUR ÉTEINDRE LA TORCHÈRE SUR SA PLATE-FORME EN MER DU NORD
TOTAL EXAMINE TOUTES LES OPTIONS POUR ÉTEINDRE LA TORCHÈRE SUR SA PLATE-FORME EN MER DU NORD

LONDRES (Reuters) - Total passe en revue les différentes solutions qui permettraient d'éteindre la torchère de son complexe d'Elgin, au large de l'Ecosse en mer du Nord, où une fuite de gaz naturel se poursuit depuis dimanche, a indiqué le ministère britannique de l'Energie.

Le groupe pétrolier français songe notamment à arroser la torchère soit par hélicoptère soit par navire anti-incendie, ou encore à procéder à une purge à l'azote afin de la priver d'oxygène, a précisé le ministère dans un communiqué diffusé jeudi soir.

"Dans son dernier compte rendu aux inspecteurs du gouvernement, Total a confirmé que la torchère reste allumée mais que les observations suggèrent qu'elle paraît diminuer en intensité.

La torchère, qui permet de réduire la pression sur la plate-forme qui a été évacuée, ne peut pas être éteinte à distance et expose à un risque d'inflammation des volutes de gaz qui s'échappent dans l'atmosphère en provenance de la fuite, à une centaine de mètres de distance.

Total et les autorités britanniques ont qualifié de "minimaux" les risques potentiels pour l'environnement de ce nuage de gaz et d'une fine nappe de pétrole qui s'est répandue sur les eaux en surface. Des experts des questions environnementales ont toutefois estimé qu'à faible distance le "cocktail" de gaz serait soit inflammable soit toxique.

Selon le ministère britannique, la torchère constitue un facteur de risque tant qu'elle reste allumée même si le vent pousse le nuage de gaz dans la direction opposée et que cette situation météo devrait continuer dans un avenir prévisible.

"Total a assuré le gouvernement que la plate-forme est conçue de manière à ce que la torchère soit située à un endroit où les vents dominants éloignent le gaz", a indiqué le ministère.

Dans un point de la situation jeudi soir, Total a fait savoir que la situation était désormais "stabilisée" et que la cause exacte de la fuite de gaz était toujours en cours d'analyse.

La fuite semble provenir d'une formation rocheuse située dans la partie supérieure du puits et de ce fait, a ajouté Total, le volume de ce gaz provenant de cette étroite formation, qui n'est pas un réservoir en production du champ d'Elgin, est difficile à évaluer.

Les experts internationaux qui conseillent Total n'ont pas encore formulé de recommandation définitive pour procéder au colmatage et aux réparations, selon le ministère britannique.

Plusieurs options sont à l'étude, dont le forage d'un puits de secours, solution la plus sûre mais aussi la plus longue et la plus coûteuse, ou l'injection de boues dans le puits concerné, une solution plus rapide mais beaucoup plus dangereuse.

La fuite de gaz, qui s'est déclarée dimanche, a contraint Total à évacuer les 238 personnes qui travaillaient sur la plate-forme d'Elgin, à environ 240km au large d'Aberdeen.

Oleg Vukmanovic, Marc Joanny pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant