Total démarre sa production en Sibérie avec Novatek

le
0
DÉMARRAGE DE LA PRODUCTION DE TOTAL EN SIBÉRIE AVEC NOVATEK
DÉMARRAGE DE LA PRODUCTION DE TOTAL EN SIBÉRIE AVEC NOVATEK

PARIS (Reuters) - Total a annoncé mercredi avoir démarré la production de gaz et de condensats de son projet de Termokarstovoye, dans le nord de la Sibérie, le premier d'une série menée avec le russe Novatek.

Le groupe français, qui détient 18% du deuxième producteur russe de gaz, développe également avec Novatek l'un des plus grands projets de gaz naturel liquéfié (GNL) au monde, Yamal LNG, évalué à 27 milliards de dollars et dont le financement n'a pas encore été bouclé en raison des sanctions occidentales liées au conflit en Ukraine.

Mais le projet plus petit de Termokarstovoye, une région gelée et très peu peuplée de Sibérie, n'a pas été affecté par les sanctions visant la Russie. Il devient le quatrième projet de Total à entrer en production cette année.

"C'est un démarrage important pour nous parce que c'est vraiment le projet qui a scellé la relation entre Total et Novatek", a déclaré à Reuters Michael Borrell, responsable de l'exploration et de la production de Total en Europe et en Asie centrale, lors d'une interview téléphonique.

Le projet Termokarstovoye, lancé fin 2011, produira 6,6 millions de mètres cubes de gaz et 20.000 barils de condensats par jour, avec une capacité combinée de 65.000 barils équivalent pétrole par jour.

Il est opéré par Terneftegas, dont Novatek détient 51% et Total 49%.

La signature de ce projet en 2009 avait marqué l'émergence de Total comme l'une des compagnies pétrolières étrangères les plus en vue en Russie, facilitant sa prise de position dans Yamal LNG quelques années plus tard.

Concernant Yamal LNG, dont la production dans l'Arctique russe est attendue vers 2017 et dans lequel Total détient une participation de 20%, Michael Borrell a confirmé que l'objectif était toujours de boucler le financement mi-2015.

Total, qui prévoit que la Russie deviendra le premier pays producteur de pétrole et de gaz du groupe en 2020, critique de façon récurrente les sanctions américaines et européennes vis-à-vis de la Russie.

"Tous les projets dont nous parlons aujourd'hui étaient en place avant la situation qui a entraîné les sanctions et nous avons réussi à poursuivre ces projets dans le contexte actuel", a souligné Michael Borrell.

Total avait toutefois cessé d'accroître sa participation dans Novatek après le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, abattu au-dessus de l'Ukraine en 2014 et a également suspendu ses projets avec Lukoil, dont le gisement de pétrole de schiste de Bazhenov, en Sibérie occidentale.

(Michel Rose, avec Cyril Altmeyer, édité par Benjamin Mallet)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant