Toshiba poursuit WD et retarde la vente de ses puces

le
0
    * Les discussions avec le consortium prennent du temps 
    * Toshiba attaque WD en justice pour interférence 
    * Western Digital a soumis de nouveau une offre mardi 
    * La vente rapide de la division semi-conducteurs menacée 
 
 (Actualisé avec détails et commentaires des dirigeants de 
Toshiba) 
    par Makiko Yamazaki 
    TOKYO, 28 juin (Reuters) - Toshiba  6502.T  a repoussé 
mercredi la date envisagée pour la vente de sa division de 
semi-conducteurs et a annoncé avoir lancé à son tour une action 
en justice contre son partenaire Western Digital  WDC.O  (WD) 
avec lequel il exploite leur principale usine de fabrication de 
puces au Japon.  
    Le conglomérat japonais, qui réclame une indemnisation de 
120 milliards de yens (942 millions d'euros) auprès d'un 
tribunal de Tokyo, accuse le groupe américain d'interférer dans 
la vente de sa division de semi-conducteurs. 
    Toshiba dit également avoir pris la décision d'empêcher les 
salariés de Western Digital extérieurs à l'usine de Yokkaichi 
d'accéder aux informations relatives à leur coentreprise. Cette 
décision pourrait menacer le travail de recherche et 
développement sur les puces mémoire NAND de nouvelle génération. 
    WD a saisi la justice ce mois-ci pour empêcher Toshiba de 
vendre sa division de puces mémoire sans son consentement et une 
audience d'un tribunal américain sur sa demande d'injonction est 
prévue pour le 14 juillet.   
    Le conglomérat japonais compte sur cette cession, pour un 
montant d'environ 2.000 milliards de yens, pour compenser les 
pertes de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse. 
    
    Toshiba a désigné un acquéreur privilégié, un consortium 
emmené par un fonds adossé à l'Etat japonais et par le fonds 
américain Bain Capital, avec lequel il espérait conclure un 
accord définitif sur ce dossier ce mercredi, jour de son 
assemblée générale annuelle. 
     
    MESSAGES CONTRADICTOIRES   
    Le directeur général de Toshiba, Satoshi Tsunakawa, a 
toutefois déclaré devant les actionnaires que les discussions 
avec certains membres du consortium privilégié prenaient plus de 
temps que prévu. 
    "Cela prend du temps d'atténuer les divergences d'opinion 
entre les membres du consortium", a-t-il dit, après avoir 
présenté ses excuses pour une série de revers humiliants subis 
par le groupe, dont une relégation sur la deuxième section de la 
Bourse de Tokyo.   
    Avec ces derniers développements, la perspective d'une vente 
rapide et sans accroc de l'activité de puces mémoire NAND de 
Toshiba, deuxième fabricant mondial derrière Samsung Electronics 
 005930.KS , semble désormais incertaine. 
    En outre, WD a annoncé mardi avoir soumis une nouvelle offre 
de dernière minute avec le fonds d'investissement KKR  KKR.N  
sur la division de puces de Toshiba.    
    Les dirigeants de Toshiba continuent toutefois à souffler le 
chaud et le froid avec des messages contradictoires quant à leur 
volonté réelle de parvenir à un compromis avec le Western 
Digital. 
    "Western Digital interfère sans aucune raison dans la 
procédure de vente de la division de puces avec sa demande 
d'arbitrage et son action en justice", a déclaré Satoshi 
Tsunakawa, fustigeant son partenaire américain devant les 
actionnaires du conglomérat.  
    Le patron de la division de semi-conducteurs de Toshiba a 
pour sa part déclaré que le groupe japonais était prêt à faire 
des concessions et avait espoir de résoudre leur différend dès 
que possible.  
    Toshiba estime que l'offre de WD sur sa division de puces 
mémoires est trop basse et pourrait être bloquée par les 
autorités de la concurrence.  
    WD assure de son côté que sa nouvelle offre respecte la 
somme minimale réclamée par Toshiba, 2.000 milliards de yens, 
soit le même montant que la proposition du consortium 
privilégié. 
    Prié de commenter l'action en justice intentée par Toshiba, 
Western Digital a refusé toute sollicitation, se contentant de 
déclarer dans un communiqué qu'il avait réitéré ses 
préoccupations concernant la procédure de vente de cette 
division et la participation du sud-coréen SK Hynix dans le 
consortium choisi par son partenaire. 
    Dans le consortium privilégié par Toshiba, Bain Capital 
devrait être le principal contributeur avec un investissement 
pouvant atteindre 850 milliards de yens, dont la moitié viendra 
de SK Hynix, ont indiqué à Reuters trois sources la semaine 
dernière.   
    Toshiba dit toutefois être fermement opposé à une 
participation de SK Hynix, en raison notamment d'un risque de 
transfert de technologie. 
    En Bourse, l'action Toshiba a fini en baisse de 1,84% à 
287,6 yens.  
    Voir aussi: 
    BREAKINGVIEWS-Cornered Toshiba rounds on Western Digital 
  
 
 (Avec Sam Nussey, Taro Fuse et Kentaro Hamada; Claude Chendjou 
pour le service français, édité par Bertrand Boucey) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant