Toshiba entre dans la course aux bracelets de suivi d'activité physique

le
0
Toshiba entre dans la course aux bracelets de suivi d'activité physique
Toshiba entre dans la course aux bracelets de suivi d'activité physique

Le groupe japonais Toshiba a annoncé lundi la commercialisation prochaine au Japon d'un bracelet de suivi d'activité physique, un genre d'accessoires qui a actuellement le vent en poupe et pour lequel il espère se distinguer grâce à son expérience dans le domaine des semi-conducteurs et des technologies médicales.Ce nouveau produit, appelé WERAM1100, se présente sous la forme d'un bracelet disponible en quatre couleurs. Il est capable d'évaluer le comportement de son porteur pour l'aider à entretenir sa condition physique.A l'instar des modèles concurrents, il se connecte à un smartphone par liaison de proximité sans fil Bluetooth pour communiquer les données enregistrées sur les mouvements de l'utilisateur et les visualiser sous différentes formes via une application spécifique.La particularité du WERAM1100 par rapport à des produits concurrents tient à son autonomie (deux semaines sans recharge) et à sa faculté de passer directement du mode "éveillé" quand l'utilisateur est debout, au mode "sommeil" quand il se couche.Plusieurs sociétés ont lancé dernièrement des "smartbands" de ce type, dont le fleuron nippon de l'électronique Sony, mais Toshiba affiche dans le registre médical des ambitions bien supérieures.Il a ainsi fait de la santé un de ses trois domaines piliers, aux côtés de l'énergie (équipements de centrales, système de distribution, etc.) et de la conservation de données (mémoires Flash NAND notamment).Le groupe, qui a son propre hôpital au coeur de Tokyo, est déjà un fabricant de systèmes d'imagerie à résonance magnétique (MRI), d'appareils de mammographie et autres équipements pour l'établissement de diagnostics.Il souhaite amplifier l'ensemble de ses activités liées à la santé avec l'ambition qu'elles génèrent un chiffre d'affaires de 600 milliards de yens (4,3 milliards d'euros) en 2015 et 1.000 milliards deux ans plus tard.Toshiba est en outre disposé à faire des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant