Torres plombe l'Atético et relance le Barça

le
0
Torres plombe l'Atético et relance le Barça
Torres plombe l'Atético et relance le Barça

Alors qu'ils semblaient avoir le match en main, les Colchoneros ont finalement cédé face au Barça, la faute à un Torres expulsé prématurément. Tout reste ouvert pour le retour, mais l'Atlético a clairement manqué un coup.

FC Barcelone 2-1 Atlético de Madrid

But : Suarez (63e,74e) pour le Barça // Torres (25e) pour l'Atlético

Sur le bord de la touche, Diego Simeone agite les bras. Comme souvent d'ailleurs. Sauf que son geste en dit long sur les évènements qui se déroulent à quelques mètres, sur le pré du Camp Nou. Face à la bouille de Fernando Torres, c'est bien un carton rouge qui s'agite. Les bras du Cholo sont inarrêtables, enchainent les croix comme pour signifier "C'est fini". Simple mise en scène ou peur réelle face à un Barça qui, en supériorité numérique, ne désormais peut plus perdre ? Si l'esprit du coach est impénétrable, son équipe l'est pourtant tout autant. Morts de faim, guerriers, et même efficace en attaque, les Colchoneros anéantissent peu à peu ce Barça aphone, aussi bien en dribbles que dans son jeu collectif. Tout du moins avant que la machine ne retrouve des couleurs, bien aidée par ce coup de pouce du Niño naïf. Et ne donne malheureusement raison à la prophétie mimée de l'entraineur gominé.

Torres fait et défait l'Atlético


Après la défaite dans le Clasico, le Barça ne peut de toute façon pas envisager un nouveau revers. Perdre deux fois face à l'ennemi madrilène, soit-il différent, n'est pas envisageable, et se ferait surtout plus dommageable sur cette scène européenne. Mais s'ils avaient preuve de suffisance lors du match face au Real, les Blaugranas accueillent cette fois-ci un adversaire dont les qualités sont plus à même de les contrarier. A chaque contact, un maillot noir gicle. A chaque tentative de décalage, un Colchonero surgit. A chaque incursion dans les 25 mètres, le bloc Simeonesque resserre les lignes. Et ce Barça se fait rapidement impuissant. Car si Iniesta surnage et Neymar parvient à caler sa tête juste au dessus des cages d'Oblak, l'Atlético lui, joue dur derrière, mais diablement bien devant. Profitant d'un repli un peu lent, et d'une sortie approximative de Piqué dans les pieds de Koke, Fernando Torres s'échappe ainsi dans l'axe, et trouve le petit trou situé entre les jambes de Ter Stegen (25e). Le plan est parfait, l'avantage mérité. Sur une extension folle, Griezmann est…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant