Torres et l'Atlético : une histoire de sentiments

le
0
Torres et l'Atlético : une histoire de sentiments
Torres et l'Atlético : une histoire de sentiments

Que signifie le retour de Fernando Torres à l'Atlético Madrid ? Le come-back d'un attaquant venu relancer sa carrière ou des retrouvailles touchantes ? Un peu des deux sans doute. Mais c'est avant tout une histoire à laquelle on a envie de croire.

" Un jour, il va falloir que vous m'expliquiez ce que j'ai fait pour que vous me traitiez aussi bien." Il y a ceux qui aiment le concept de l'amour et ceux qui aiment profondément une personne en particulier. Fernando Torres appartient à la seconde catégorie. Son cœur bat depuis toujours pour son Atlético. Malgré sept ans et demi d'éloignement et d'échange épistolaire, cet amour est toujours réciproque. Qui en doutait ? À voir sa réaction pourtant, le principal intéressé paraissait presque surpris que 40 000 personnes puissent prendre sur leur temps pour venir assister à sa présentation au stade Vicente-Calderón. Pour comparaison, ils n'étaient que 6 000 pour celle d'Antoine Griezmann, recrue la plus onéreuse de l'été. Oui, tout cela paraît bien déraisonnable pour un attaquant en prêt incapable de facturer une saison à plus de neuf réalisations depuis 2010, un buteur en crise dont le Milan AC s'est séparé avec soulagement.


Il existe deux façons d'appréhender le retour de "El Nino" à la maison mère. Disserter sur ses performances, analyser ses chiffres et se demander si une équipe vice-championne d'Europe s'est renforcée dans l'affaire. Et puis il y a l'approche sentimentale. La belle histoire rassurante d'un joueur heureux de retrouver son premier amour, d'un homme qui a la reconnaissance du ventre et sait ce qu'il doit à son club formateur. Un club qui n'a jamais paru aussi fort, mais qui n'a pas oublié celui qui, à 17 ans, l'avait extrait de la D2. Une histoire où le montant du salaire est une anecdote, une histoire où personne ne doute de la sincérité du joueur quand il clame qu'il a le sang rouge et blanc.
Torres et le "cholisme"
Pour l'instant, tout est donc amour et nostalgie. L'Atlético retrouve son prodige. Il entre dans la trentaine, mais le visage n'accuse pas trop les années. Revenu de toutes les expérimentations et égarements capillaires, il ressemble à celui qui s'envolait à l'été 2007 pour Liverpool afin de remplir des caisses vides. À part ses traits juvéniles, tout a changé pourtant. Les économistes diraient que "les courbes se sont croisées". Quand...





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant