Tornade Cristiano sur l'Espanyol

le
0
Tornade Cristiano sur l'Espanyol
Tornade Cristiano sur l'Espanyol

Cristiano Ronaldo n'avait pas encore marqué en Liga, il commence donc par un quintuplé. Bien aidé par une défense de l'Espanyol absolument indigente et un Gareth Bale en mode passeur décisif, le Real s'est une nouvelle fois amusée face à sa victime préférée. Parfait pour reposer les grands hommes avant de recevoir le Shakhtar

Espanyol 0-6 Real Madrid

Buts : Cristiano Ronaldo (7e, 13e, 20e, 61e et 81e), Benzema (28e) pour le Real Madrid

Il est de ses diners en amoureux où les deux tourtereaux pourraient enchainer les délices sans ne piper mot. Non pas que la pression du soir aurait entrainé leur mutisme mais au contraire, la connexion est parfaite. Un tête-à-tête en quasi-silence, où un regard suffit à faire comprendre que oui, le dessert se prendra à la maison. À Barcelone cet après-midi, c'était tout l'inverse : alors que les Perruches avait visiblement l'estomac noué par le stress, Cristiano Ronaldo, lui, avait une faim de loup. Une folle envie d'en découdre devant laquelle la honteuse défense de l'Espanyol a trop rapidement fait allégeance. Un, deux, trois, quatre, cinq plats à la suite. Apéro, entrée, plat, fromage et dessert. Le loup Cristiano s'est régalé. Et c'est l'Espanyol qui règle l'addition. Salé.

Mâle Alpha


Au coup d'envoi, certaines épaules sont plus lourdes que d'autres : Isco, qui profite de la petite blessure de James Rodriguez pour se tailler une place de titulaire, peut-il convaincre Benitez de lâcher son gaucher favori ? L'Espanyol, qui ne s'est jamais imposé face au Real dans sa nouvelle enceinte de Cornella, est également prévenu : CR7 a les crocs. Muet depuis le début du championnat, le Portugais prend du retard à la course de Pichichi. Et ça, c'est agaçant. Alors quand Modric le trouve dans la profondeur pour sa première réelle accélération, c'est banco : un petit enroulé du droit côté opposé plus tard, et voilà l'anomalie réparée. Problème : quand Cristiano a faim, le bonhomme est du genre à engloutir d'entrée tous les petits fours. Et le voilà qui vient à peine de croquer son amuse-bouche.

L'Espanyol, qui avait pris la bonne habitude de marquer dans les cinq premières minutes de ses deux uniques matchs de championnat, se voit donc couper l'herbe sous les crampons par un beau méché. Il faut dire que les joueurs de Sergio ne font pas grand chose…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant