Top 5 : Punching Bâle, quand les Anglais perdent la tête contre les Suisses

le
0
Top 5 : Punching Bâle, quand les Anglais perdent la tête contre les Suisses
Top 5 : Punching Bâle, quand les Anglais perdent la tête contre les Suisses

En dix ans, le FC Bâle s'est fait une spécialité en matchs européens : couper des têtes anglaises. Liverpool, Manchester United ou Tottenham ne sont pas des noms qui font peur en Suisse, au contraire. La preuve en cinq étapes.

  • 2002 : le Liverpool d'Houllier et Owen surpris Il y a un peu plus de dix ans, Bâle entrait en grande pompe dans l'histoire suisse de la C1. Pour la première fois dans une phase de poules de la Coupe d'Europe nouvelle génération, les Rotblauen (" Rouge et Bleu ") font un parcours impeccable pour finir par arracher leur qualification dans un dernier match dingue. Avec un point d'avance sur les Scousers avant de les affronter à domicile, l'objectif est simple : le point du nul. Mais les Bâlois font mieux. Beaucoup mieux. Après 30 minutes, le FCB mène déjà 3-0, grâce à Rossi, Giménez - oui, celui de l'OM - et Atouba, après trois gestes de génie d'Hakan Yakin. Gérard Houllier sent enfin le coup de Trafalgar qui lui tombe dessus et remobilise son équipe à la pause. Stevie G. sort, Salif Diao entre. L'énergie change de camp. Les Reds débutent leur remontée par des frappes de Danny Murphy et Vlade Smicer à l'heure de jeu. Bien trop tard. Même le penalty obtenu et converti en deux temps par le Ballon d'or Michael Owen ne suffit pas. Bâle résiste et conserve ce qu'il fallait. Liverpool ira en C3.


  • 2003 : un nul à Manchester pour y croire Après avoir éliminé Liverpool, un deuxième tour de poule et une deuxième confrontation avec des Anglais attend Bâle. Contre Manchester United, époque Van Nistelrooy, Beckham et frères Neville, pour être précis. Un calvaire dont les Bâlois se sortent pas si mal. La défaite 3-1 à Joggeli, le surnom du stade des Suisses, rappelle la différence de niveau entre les deux équipes. Mais pour l'honneur, et pour l'espoir, le FCB s'accroche à un beau match nul sur la pelouse d'Old Trafford. Un exploit qui porte la marque de Christian Giménez. Le...



  • 2002 : le Liverpool d'Houllier et Owen surpris Il y a un peu plus de dix ans, Bâle entrait en grande pompe dans l'histoire suisse de la C1. Pour la première fois dans une phase de poules de la Coupe d'Europe nouvelle génération, les Rotblauen (" Rouge et Bleu ") font un parcours impeccable pour finir par arracher leur qualification dans un dernier match dingue. Avec un point d'avance sur les Scousers avant de les affronter à domicile, l'objectif est simple : le point du nul. Mais les Bâlois font mieux. Beaucoup mieux. Après 30 minutes, le FCB mène déjà 3-0, grâce à Rossi, Giménez - oui, celui de l'OM - et Atouba, après trois gestes de génie d'Hakan Yakin. Gérard Houllier sent enfin le coup de Trafalgar qui lui tombe dessus et remobilise son équipe à la pause. Stevie G. sort, Salif Diao entre. L'énergie change de camp. Les Reds débutent leur remontée par des frappes de Danny Murphy et Vlade Smicer à l'heure de jeu. Bien trop tard. Même le penalty obtenu et converti en deux temps par le Ballon d'or Michael Owen ne suffit pas. Bâle résiste et conserve ce qu'il fallait. Liverpool ira en C3.


  • 2003 : un nul à Manchester pour y croire Après avoir éliminé Liverpool, un deuxième tour de poule et une deuxième confrontation avec des Anglais attend Bâle. Contre Manchester United, époque Van Nistelrooy, Beckham et frères Neville, pour être précis. Un calvaire dont les Bâlois se sortent pas si mal. La défaite 3-1 à Joggeli, le surnom du stade des Suisses, rappelle la différence de niveau entre les deux équipes. Mais pour l'honneur, et pour l'espoir, le FCB s'accroche à un beau match nul sur la pelouse d'Old Trafford. Un exploit qui porte la marque de Christian Giménez. Le...



  • ...

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant