Top 5 : Les débuts foireux des Bleus en Coupe du monde

le
0
Top 5 : Les débuts foireux des Bleus en Coupe du monde
Top 5 : Les débuts foireux des Bleus en Coupe du monde

Les débuts délicats en Coupe du monde, c'est une tradition française. Avant de bander les muscles – trois finales en 7 éditions – les gars du XV de France entrent presque toujours en scène dans la douleur... Alors pas d'affolement si ça devait tourner mal contre l'Italie.

  • 1987 - L'Écosse effacée d'un coup de Blanco


    Le 7 mars 1987, les Bleus s'imposent contre l'Écosse dans le Tournoi (28-22). Le 23 mai, les deux fêtent leurs retrouvailles en Coupe du monde, et les Français frôlent la correctionnelle. Ça commence à la deuxième minute par une touche écossaise foireuse mais récupérée sur la ligne des quarante mètres, une percée, un relais et un essai à 4 points de White qui se blesse en aplatissant. Les Français sont relancés par Sella et Berbizier. Mais jusqu'à la 79e, les "All Blacks du Nord " font la course en tête. À ce moment-là surgit Blanco. Comment ? Il fallait être à Lancaster Park ce jour-là, parmi les 17 000 spectateurs noyés au milieu de tribunes dégarnies pour le voir. Parce que le réalisateur, lui, s'est raté. Il cadrait Berbizier blessé quand Blanco, feintant de prendre la pénalité, s'est fait la malle : 20-16. Les Écossais reviendront à égalité à la 84e par Duncan, mais Gavin Hasting, à 4/9 dans ses tentatives ce jour-là, gâche la balle de match. 20-20 score final : au nombre d'essais, les Bleus s'assurent la première place et héritent des Fidji en quarts plutôt que de la Nouvelle-Zélande...


  • 1999 - "Carrément dégueu "


    1999, la demi-finale mythique contre les All Blacks. Avant, il y avait quand même eu le match d'ouverture contre le Canada à Béziers qui, pour la seconde fois après 1991, accueillait les Bleus pour un premier match de Coupe du monde. Le XV de France convalescent après un Tournoi pathétique, une défaite contre les Tonga en juin et une humiliation contre les All Blacks, s'est fait peur (18-17 jusqu'à la 62e), mais finit par lever les bras. La victoire est là, mais il n'y a que ça à savourer. Dans Libération, Serge Simon chronique : "C'est une de ces victoires qui aura posé plus de questions qu'elle a apporté de réponses. Du bon, du moins bon, du carrément dégueu. " Quelques jours plus tard, Thomas Castaignède et Pierre Mignoni se blessent. En demi-finale contre les All Blacks, ils sont dix titulaires de ce pauvre match contre le Canada à défier…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant