Top 5 : Jorge Jesus et la Ligue Europa

le
0
Top 5 : Jorge Jesus et la Ligue Europa
Top 5 : Jorge Jesus et la Ligue Europa

En mauvaise posture avant le déplacement du Sporting à Leverkusen, Jorge Jesus a du souci à se faire. Mais il peut aussi s'appuyer sur ses précédentes expériences en Ligue Europa, plus ou moins fructueuses, pour renverser la vapeur. Retour sur les moments qui ont aidé le Portugais à se faire une réputation en C3.

En cette saison 2015-2016, sa première sur le banc du Sporting, Jorge Jesus essaye de faire illusion quant à ses intentions européennes. En déclarant la semaine dernière qu'une "finale en Ligue Europa était plus importante qu'un titre de champion du Portugal", la plus belle tignasse du football lusitanien visait à apaiser ses détracteurs, qui le soupçonnent de se moquer de la C3 cette année au profit de la Liga Nos, que les Leões n'ont plus remportée depuis 2002. Peut-on vraiment lui reprocher cette attitude ? Non. Jesus n'a aucun compte à rendre à l'indice UEFA du Portugal et se fie à la politique sportive d'un club qui attend avec impatience sa 19e couronne nationale. Le technicien portugais sait à quel point la C3 est longue et éprouvante sur le plan physique et mental. Et puis s'il y a bien un homme à qui l'on ne peut reprocher un manque d'implication sur la seconde scène européenne, c'est bien lui. Que ce soit avec Braga ou Benfica, Jorge Jesus n'a jamais fait de la figuration en Coupe de l'UEFA/Ligue Europa. Mieux, ses équipes de 2013 et 2014 ont carrément marqué l'histoire récente de la compétition.

  • Prélude à Belenenses et première rencontre avec le PSG


    Si la première vraie expérience européenne de Boucles d'or en Coupe de l'UEFA date de sa saison à Braga en 2008-2009, son dépucelage se fait au tour préliminaire de la précédente édition. Malgré l'élimination, le Belenenses de Jorge Jesus réalise l'exploit de s'en sortir avec un score cumulé de 3-0 contre le Bayern Munich et notamment un bon 1-0 à l'Allianz Arena.

    Et Jesus devint Judas
    L'entraîneur portugais remonte donc sur la scène continentale avec de nouvelles ambitions, cette fois au service du Sporting Braga, où il parvient à se hisser jusqu'en 8es de finale après s'être extirpé d'une poule comportant le Milan AC et après avoir maîtrisé le Standard de Liège sans la moindre difficulté en 16es. La marche suivante est en revanche un peu trop haute pour les guerriers. Le PSG de Paul Le Guen doit sa qualification in extremis (1-0 sur les deux rencontres) à un gros manque de réalisme des Portugais,…






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant