Top 5 des partitions de Xavi

le
0
Top 5 des partitions de Xavi
Top 5 des partitions de Xavi

En plus de 760 rencontres sous la liquette blaugrana et 133 sélections avec la Roja, Xavi Hernández a délivré de nombreuses partitions envoûtantes. Parmi ces près de mille apparitions se dégagent une légion de monuments. Nous en avons choisi cinq.

2 mai 2009, Real Madrid - FC Barcelone : 6-2


"¡ Toma canguelo ! ¡ Vamos Barça !" Une fois débarqué en zone mixte du Santiago Bernabéu, Xavi se la joue colonisateur et renvoie dans ses cordes une presse madridista qui, à la veille de ce Clásico, avait évoqué une peur barcelonaise à l'heure de conclure la Liga - canguelo signifiant la trouille. Car avec ce set légendaire en poche, cette première version du Barça de Guardiola fête son titre domestique dans l'antre de l'ennemi héréditaire. À la manœuvre, Xavi orchestre la partition parfaite des blaugrana - à l'exception d'une fragilité coutumière dans le jeu aérien. Premier à la récupération, premier à l'organisation, il récite son football estampillé Can Barça et délivre, pour les amoureux des chiffres, quatre passes décisives. Ses deux caviars pour Messi suffisent à qualifier sa prestation : au pressing sur Lassana Diarra, il lance l'Argentin alors que le cuir se trouve encore dans les pieds du Français sur le premier, puis tournoie sur lui-même avant de trouver l'espace dans la surface pour la Pulga sur le second. En Catalan averti, Xavi doit d'ailleurs savoir que ce 2 mai représente la fête de la Communauté de Madrid. Une fête qui se délocalise le temps d'une humiliation à Barcelone, donc.

27 mai 2009, FC Barcelone - Manchester United : 2-0


Histoire boucler une boucle entamée à Old Trafford un certain 16 septembre 1998, Xavi se pare de son plus beau smoking à l'occasion de la finale de la Ligue des champions face à Manchester United. Tandis que Messi explique à la face du monde qu'il ne joue pas dans la même cour que Cristiano Ronaldo, Xavi, avec son comparse de toujours Iniesta, s'occupe de désosser le milieu de terrain anglais. Malgré une entame difficile, lors de laquelle la puissance des Red Devils marche sur le touché barcelonais, le Pelopo remet tout son monde à l'endroit. Par le biais de son coup franc qui chatouille la lucarne de Van der Sar, il change le fameux momentum. S'ensuit de longues périodes de conservation et de combinaisons. Alors que son double de Fuentealbilla sert Eto'o sur l'ouverture du score, Xavi…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant