Top 5 : Arsenal-Barcelone, les batailles mémorables

le
0
Top 5 : Arsenal-Barcelone, les batailles mémorables
Top 5 : Arsenal-Barcelone, les batailles mémorables

Comme un classique qu'on ne se lasse jamais d'écouter, Arsenal et Barcelone se retrouvent pour la huitième fois en Ligue des Champions. Et au regard des précédentes confrontations, on ne risque pas de s'ennuyer, entre maestria catalane, coups du sort londoniens et spectacle à volonté.

  • 2-4, 19 octobre 1999, phase de groupes : la première danse catalane


    À l'époque, c'est un choc des mondes. D'un côté, un Louis van Gaal à ses plus belles heures qui a rallié la Catalogne après avoir collectionné les exploits avec l'Ajax. De l'autre, un Arsène Wenger qui a su se faire adopter outre-Manche avec le titre de champion en 1998 mais qui appréhende tout juste l'exigence de la scène européenne. Au match aller, en septembre 1999, les Canonniers arrachent l'égalisation au Camp Nou grâce à Kanu (1-1). Mais au retour, des Blaugranas à l'accent très néerlandais (Bogarde, Reiziger, Cocu, Kluivert) ne font pas de détail dans l'enceinte de Wembley. Si Bergkamp réduit la marque magnifiquement suite à un contrôle encore hors du temps après les réalisations de Rivaldo et Luis Enrique, Arsenal fait preuve de trop de maladresses devant les buts de Francesc Arnau pour faire vaciller son adversaire. Et au retour des vestiaires, ça va se payer cash. Réalistes, les Catalans vêtus de tuniques grises tuent tout suspense par l'intermédiaire de Figo et Cocu. Le but d'Overmars dans les dernières minutes ne sera qu'anecdotique. Malmené également par la Fiorentina dans cette première phase de groupes, Arsenal n'ira pas plus loin tandis que le Barça arrivera jusqu'au stade des demi-finales. Avant de s'incliner devant l'une des équipes frissons du début des années 2000 : le Valence de Mendieta et Kily González.

    Youtube
  • 2-1, 17 mai 2006, finale : Wenger si proche, si loin de son rêve


    " On verra mardi si la MSN est le meilleur trio de l'histoire "
    C'est le désir tant chéri de toute une carrière qu'il ne sera peut-être jamais en mesure d'assouvir. Pourtant, ce 17 mai 2006, Arsène Wenger a touché son rêve du bout des…






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant