Top 14: un derby francilien apaisé mais important

le
0
LA 10E JOURNÉE DU TOP 14
LA 10E JOURNÉE DU TOP 14

par Cécile Grès

PARIS (Reuters) - Le Racing Métro recevra le Stade français samedi au Stade de France pour un derby francilien très important pour le classement du Top 14 mais qui n'a plus le même parfum de scandale que par le passé.

La rivalité entre les deux clubs s'est apaisée depuis quelques années, si ce n'est depuis quelques décennies, mais cette affiche est malgré tout l'une des principales de la dixième journée, avec notamment le match Toulouse-Toulon.

"Ce n'est plus comme dans les années 80 où la rivalité était immense et la tension super présente sur et hors terrain. L'engouement est moindre", a expliqué jeudi le talonneur parisien Laurent Semperé lors d'une conférence de presse.

"Il faut juste qu'il y ait un gagnant, et les deux clubs ont besoin de cette victoire", a-t-il ajouté.

"Ce n'est pas une semaine particulière pour nous, on se prépare comme pour n'importe quel match et, sincèrement, je ne sens pas de rivalité ou de pression", a confirmé Walter Desmaison, pilier du Racing Métro.

L'entraîneur des avants, Laurent Travers, a même expliqué à la presse que le président francilien, Jacky Lorenzetti, n'avait pas abordé le sujet avec eux, lui qui intervient souvent les semaines précédant les matches à enjeu.

"C'est un derby, oui. Mais à la fin, il nous reste 16 autres matches de championnat à disputer alors il n'y a pas besoin d'insister sur les symboles", a conclu Laurent Travers.

Le symbole importe donc peu. En revanche, de l'avis de tous, l'opposition qui les attend samedi soir a tout du gros match qu'il faut absolument gagner.

CREUSER L'ÉCART

"En fait, gagner contre le Racing nous permettra surtout de les mettre à neuf points au classement. C'est aussi simple que ça", a tranché l'arrière du Stade français Hugo Bonneval.

Les Parisiens sont quatrièmes avec quatre points d'avance sur le Racing Métro, huitième, et seulement un de retard sur les trois premiers, Toulon, Montpellier et Toulouse.

Les Toulonnais se déplaceront sur la pelouse du Stade toulousain qui sort d'une pause européenne réussie, avec deux victoires en autant de matches.

Les Varois, champions d'Europe en titre, ont fait une entrée mitigée avec une victoire face à Glasgow puis une défaite à Cardiff.

Quant aux Montpelliérains, ils ouvriront la dixième journée en affrontant Bayonne vendredi soir.

Le Stade Français a donc tout intérêt à l'emporter samedi s'il souhaite rester dans le sillage des leaders du championnat.

Pour le Racing, défait à domicile face à Grenoble (22-20) lors de la dernière journée de Top 14, début octobre, l'enjeu est tout aussi important, si l'on en croit Laurent Travers.

"Nous franchissons un cap chaque week-end, plus au niveau des résultats que de la manière pour tout avouer. Si on gagne, je pense qu'on aura franchi un cap", a-t-il estimé.

Son homologue parisien, Gonzalo Quesada, qui entraînait le Racing il y a encore quelques mois, a balayé l'autre symbole, celui de ses retrouvailles avec les Ciel et Blanc.

"J'avoue qu'en début de saison, j'avais regardé quand tombait le derby parisien. Mais en fait, aujourd'hui, je n'ai pas trop d'émotions. Pour moi, c'est juste un gros match."

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant