Top 14: Toulouse-Toulon, l'un parle de vacances, l'autre pas

le
0

par Jean-Paul Couret

PARIS (Reuters) - Choc du début de saison entre le champion et le premier - et seul invaincu - du Top 14, revanche de la dernière finale, le Toulouse-Toulon de samedi a tous les ingrédients des grands matches mais ses chefs d'orchestre ne s'enflamment pas.

"Vacances" et "c'est aussi simple que ça" sont les mots que Bernard Laporte a le plus employés dans la semaine avant l'entrée de ses joueurs dans un Stadium de Toulouse qui sera comble et voué au rouge et au noir, couleurs des deux clubs.

Combat et engagement, pour rester dans un vocabulaire décent, sont plutôt les mots que l'on attendait dans la bouche du "Kaiser" mais voilà, il avait fait une promesse à ses joueurs.

"Après le match à Perpignan (victoire 21-15 lors de la première journée), je leur avais dit 'si on gagne les cinq autres, si on fait six sur six, vous aurez droit à cinq jours de repos, de vacances'", raconte-t-il.

"Quand ils le font, je ne peux pas faire marche arrière. C'est aussi simple que ça. On en gagné quatre à l'extérieur, deux à la maison, je ne peux pas leur dire aujourd'hui, 'non, non'. C'est aussi simple que ça."

"Il faut qu'il y ait un pacte de confiance entre les joueurs et le staff, et il faut le respecter. C'est aussi simple que ça. Je n'ai pas perdu de pari parce que, sincèrement, des paris comme ça, je voudrais en perdre souvent."

Bernard Laporte a donc respecté le pacte avec panache. Treize joueurs, tous titulaires lors de la victoire sur Castres le week-end dernier, sont partis en vacances.

La liste impressionne: Andrew Sheridan, Carl Hayman, Bakkies Botha, Chris Masoe, Steffon Armitage, Jo Van Niekerk, Jonny Wilkinson, Alexis Palisson, Matt Giteau, Maxime Mermoz qui sont tous internationaux plus Jean-Charles Orioli, Jocelino Suta et Vincent Martin qui ne le sont pas.

NOVES S'INTERROGE

Être privé d'un tel groupe de joueurs avant un match d'une telle importance et de tant de prestige désespèrerait la plupart des entraîneurs. Bernard Laporte en rirait presque.

"Ça leur fait une coupure. Il y en a qui sont partis en Corse, à Dubaï... Ça montre qu'ils avaient envie de changer d'air et tant mieux, ils l'ont mérité. Ils reviennent vendredi, bien sûr, sinon il faudrait qu'ils soient morts", dit-il.

A l'appui de sa décontraction, l'ancien entraîneur du XV de France sait, bien sûr, qu'il lui reste une belle brochette de joueurs à stimuler pendant toute la semaine.

Les expérimentés Gethin Jenkins, Sébastien Bruno, Davit Kubriashvili, Nick Kennedy, Simon Shaw, Mathieu Bastareaud, David Smith, Luke Rooney, Delon Armitage, Geoffroy Messina ou Nicolas Durand seront au premier rang, accompagnés par les jeunes Michaël Ivaldi, Xavier Chiocci, Pierrick Gunther, Virgile Bruni et Benjamin Lapeyre, avides de montrer leur valeur.

Il y aura aussi Frédéric Michalak, et ce sera tout un programme pour l'équipe de Toulon que de pénétrer sur la pelouse du Stadium de Toulouse derrière et peut-être, dernière surprise de Bernard Laporte, sous le capitanat de l'ancien prodige de la Ville Rose émigré sur la rade après escale en Afrique du Sud.

"Il y aura une bonne équipe de Toulon à Toulouse et voilà. Ceux qui n'ont pas joué beaucoup depuis le début auront à coeur de montrer qu'ils méritent. C'est aussi simple que ça", a d'ailleurs prévenu Bernard Laporte.

D'autres adversaires auraient peut-être crié au scandale et au manque de respect. Guy Novès n'est pas de ceux-là peut-être parce qu'il s'est taillé une belle réputation de fin stratège dans la gestion de son effectif.

"Je n'ai pas de commentaire à faire sur la décision de Bernard Laporte. Il a le droit de faire reposer ses joueurs, comme il l'entend, dans un championnat professionnel", dit-il.

Le manager du Stade Toulousain préfère se concentrer sur sa propre équipe et loin de fanfaronner, il s'interroge.

"On est passé d'un match très pauvre contre Perpignan à un match très intéressant à Bayonne", dit-il.

"On sait que pour le moment depuis le début de saison on est très bons quelques fois et très mauvais d'autres fois donc j'espère que la prochaine fois, et ce sera Toulon, on aura quand même un Stade Toulousain qui sera mieux préparé."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant