Top 14: Toulouse terrasse le Racing, Toulon tient la tête

le
0

par Cécile Grès

PARIS (Reuters) - Le Stade Toulousain a créé une petite surprise samedi soir en allant s'imposer 27-26 au Stade de France face au Racing-Métro, dont la série de victoires en Top 14 s'est donc arrêtée à neuf.

Meilleure équipe de la phase retour du championnat, les Ciel et Blanc partaient favoris de ce match.

Mais le double champion de France en titre a fait primer son expérience et sa lucidité pour l'emporter sur le fil grâce à un essai de Vincent Clerc transformé par Lionel Beauxis.

Un peu plus tôt, les deux équipes de tête du classement, Toulon et Clermont, avaient conforté leurs positions avec d'écrasants succès, à Lille contre le Stade Français (43-11), et à domicile contre Agen (66-21).

Toulouse reste troisième et garde ses distances avec Castres qui a gagné 21-20 à Perpignan. Le Racing est cinquième à égalité avec Montpellier, vainqueur à Mont-de-Marsan, le dernier, 30-17.

Si les hommes de Guy Novès ont ouvert le score avec une pénalité passée par Jean-Marc Doussain à la 9e minute, le Racing a eu l'avantage durant toute la première période.

Pragmatiques, les Racingmen ont d'abord commencé par prendre les points avec quatre pénalités transformées par Jonathan Wisniweski lors des 35 premières minutes.

Puis à la 40e, après le carton jaune infligé à Louis Picamoles pour plaquage dangereux, ils ont profité de leur supériorité numérique pour aller chercher l'essai par Wisniewski, qui a profité du travail des avants pour porter le score à 17-6 à la pause.

Mais la seconde période a été toulousaine et les Franciliens se sont mis trop souvent à la faute. Ils ont offert deux pénalités à Lionel Beauxis (42e, 49e) avant que Vincent Clerc, servi par Picamoles, ne marque un essai pour ramener les siens à hauteur (17-17, 58e).

La fin de la rencontre a été tendue, les deux équipes concédant chacune leur tour des pénalités, et elle a tourné lorsque Wisniewski a pris un carton jaune (71e) pour un plaquage illicite. A 15 contre 14, Toulouse a eu le dernier mot avec cet essai décisif de Clerc sur la sirène.

DIX ESSAIS POUR CLERMONT

Le scénario a été plus limpide pour Toulon, qui a profité de l'indiscipline parisienne et de la botte de son ouvreur Jonny Wilkinson dans la première demi-heure pour prendre rapidement l'ascendant sous le toit rétractable du Grande Stade de Lille.

A la 29e minute, sur une récupération de balle en mêlée, Wilkinson a fixé la défense parisienne et décalé Matt Giteau qui a trouvé Alexis Palisson. L'ailier a tapé à suivre pour Delon Armitage qui a offert l'essai à Juan Martin Fernandez Lobbe, de retour après deux mois d'absence sur blessure.

Wilkinson a transformé, ovationné par le public lillois (16-3) et a rajouté trois points quelques minutes plus tard après une faute au sol du Stade Français. Jules Plisson a répondu pour le Stade Français, ramené à 19-6 à la mi-temps.

La seconde période a démarré fort avec un essai à la 45e minute de Waisea Vuidravuwalu qui a contré un dégagement d'Alexis Palisson à quelques mètres de l'en-but et a aplati sans difficulté (19-11).

Mais deux échecs successifs de Jules Plisson ont enterré les espoirs des Parisiens, qui ont vu Toulon s'échapper à la 57e avec un essai de Palisson puis un autre, onze minutes plus tard, de Chris Masoe. Le RCT s'est payé le luxe d'un bonus offensif deux minutes après sur un contre de 80 mètres conclu par Steffon Armitage.

Les Varois comptent 82 unités, deux de mieux que Clermont, qui n'a pas fait dans la demi-mesure face à Agen dans un match perturbé par de nombreuses bagarres générales.

Wesley Fofana a signé un triplé, Napolioni Nalaga et Noa Nakaitaci un doublé chacun. Gerhard Vosloo, Anthony Floch et Jean-Marcellin Buttin sont également allés dans l'en-but.

Malgré des essais aux 40e, 55e et 65e minutes de Silvère Tian, Ueleni Fono et Antoine Erbani, tous transformés par Ben Seymour, Agen a pris l'eau de toute part.

Agen est quasiment certain d'être relégué puisque le club lot-et-garonnais a désormais un retard de 14 points sur Bordeaux qui a pris le bonus offensif à domicile face à Bayonne (39-13).

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant