Top 14: Toulouse en outsider avant quatre déplacements de suite

le
0

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Le Stade Toulousain dit aborder en outsider les quatre déplacements consécutifs qui se profilent pour lui à partir de ce week-end avec, pour commencer, un choc samedi au stade de France face au Racing-Métro, équipe en forme du Top 14.

Après les ogres Ciel et Blanc, victorieux de leurs neuf derniers matches de championnat, les Rouge et Noir disputeront un quart de finale de Challenge européen à Perpignan le 5 avril, avant de se rendre à Montpellier puis à Clermont, deux autres gros morceaux.

Toulouse, troisième du Top 14 avec six points de retard sur le deuxième, Clermont, semble avoir fait une croix sur une des deux places directement qualificatives pour le dernier carré.

Désireux de s'assurer avant tout d'une place dans les six premiers, synonyme de qualification pour les phases finales, son manager général, Guy Novès, se dit complètement "décontracté" pour le sprint final.

"Pour avoir été à la place de Montferrand (Clermont) et de Toulon en étant loin devant, on sait que cette deuxième place aujourd'hui est absolument intouchable", estime-t-il.

"L'énergie, on va la mettre à essayer de rester dans les six premiers pour être européens la saison prochaine et jouer un barrage (...) On ne se sent pas une obligation de réussir coûte que coûte. Je pense que cette année, si le Stade Toulousain échoue, ce sera relativement normal."

Moins dominateurs dans le jeu que d'autres années, les double champions de France en titre n'ont plus gagné à l'extérieur depuis le 5 janvier toutes compétitions confondues, avec une victoire 16-12 à Mont-de-Marsan.

Le déplacement au Stade de France samedi soir (19h40 GMT) s'annonce donc ardu face au cinquième du championnat, qui a battu le leader Toulon en janvier, son dauphin Clermont en février, puis Montpellier (actuel sixième) et Perpignan (septième) en mars.

"VOIR CE QU'ON A DANS LE VENTRE"

"On n'a pas grand-chose à perdre, j'ai l'impression qu'on est devenus une équipe moyenne", plaisante le Toulousain Clément Poitrenaud.

"(les joueurs du Racing) vont être surmotivés. Nous, ce n'est pas encore ça. Je pense qu'ils sont confiants et qu'ils ont raison de l'être", poursuit le trois-quarts polyvalent, qui confirme voir en Toulouse un "outsider".

"C'est ce qu'on est réellement, au vu de notre saison. On a ce qu'on mérite et aujourd'hui, on ne mérite pas plus que ça."

Pour cette 23e journée du championnat, Guy Novès a annoncé qu'il opérerait "sept ou huit changements" par rapport au groupe qui a battu le Stade Français 43-16 le week-end dernier.

De même, le manager du Stade a réaffirmé que les mises au repos d'une semaine dues aux internationaux avant fin avril seraient réparties au fil des matches à venir, excluant de privilégier un match plutôt qu'un autre.

Pour Clément Poitrenaud, cette série de rencontres à l'extérieur s'annonce difficile, dans un contexte souvent "hostile". Mais c'est aussi l'occasion pour les Toulousains de montrer enfin leur vrai visage après les doublons internationaux.

"Même si on est outsider, on reste quand même le Stade Toulousain, donc les stades sont souvent pleins, les gens sont quand même assez chauds et nos adversaires aussi, donc ça demande de l'énergie", reconnaît le joueur de 30 ans.

"Mais c'est aussi une bonne préparation pour d'éventuelles phases finales. C'est bien, on va voir ce qu'on a dans le ventre."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant