Top 14: Toulon se saborde au Pays Basque

le
0

PARIS (Reuters) - Stratégie ou arrogance, Toulon a fait samedi le déplacement au Pays basque avec une équipe "B" et en a payé le prix en s'inclinant 33-28 devant l'Aviron Bayonnais, au stade Anoeta de Saint-Sébastien.

Le Racing Métro a en revanche réussi sa mission du week-end, battre Perpignan à domicile (23-19) pour faire un pas de plus vers les barrages réservés aux six premiers du Top 14.

Au Pays basque, le match a commencé sur un ballon perdu par Benjamin Lapeyre replacé à l'ouverture de Toulon pour pallier les absences de Jonny Wilkinson, laissé au repos, et de Frédéric Michalak, blessé.

Bayonne est parti en contre-attaque. Lancé le long de la ligne de touche, l'arrière sud-africain Scott Spedding est allé aplatir après une course solitaire à la 4e minute et son essai a été transformé par Jacques-Louis Potgieter.

Avant la demi-heure, les deux équipes ont échangé des essais sur une nouvelle contre-attaque, toujours menée par Spedding et conclue cette fois par l'ailier Marvin O'Connor pour Bayonne, sur une passe dans le plaquage de Simon Shaw pour Jean-Charles Ortoli pour Toulon.

Bayonne est sorti de l'épisode avec six points d'avance 17-11 puis neuf points 20-11 sur une pénalité.

Une charge de Danie Rossouw, le troisième ligne sud-africain a relancé les Toulonnais vers l'avant à la reprise. Ils se sont ainsi installés dans le camp bayonnais et ont récolté une pénalité mais ont très vite concédé un troisième essai marqué par Sam Gerber.

La transformation puis une pénalité de Potgieter ont fait gonfler le score à 30-14 à la 50e minute.

Nouveau rebondissement, Jo Van Niekerk a marqué un essai pour Toulon, Spedding a récolté un carton jaune pour plaquage à l'épaule de Lapeyre.

Toulon est revenu à 30-21 à l'heure de jeu puis à 33-28 sur un essai en force du demi de mêlée Sébastien Tillous-Bordes mais le dernier quart d'heure ne lui a pas permis d'échapper à sa sixième défaite de la saison en championnat.

BELLE OPÉRATION POUR LE RACING

A Yves du Manoir, le Racing Métro recevait un concurrent direct aux barrages, Perpignan.

Transcendés par leur série de huit victoires consécutives après un début de saison très moyen, les Ciel et Blanc ont d'abord profité de l'indiscipline catalane et la botte de Jonathan Wisniewski.

Ce n'est qu'à la 35e minute que le club francilien a enfin pu concrétiser par un essai inscrit par Juan-Martin Hernandez sur une belle passe de Sireli Bobo à cinq mètres de l'en-but (14-6).

Les Catalans n'ont jamais réussi à rattraper ce retard en dépit d'un essai de Farid qui a aplati du ventre à la 66e minute.

Après vérification vidéo, l'arbitre a validé l'essai, qui a été transformé (20-16). Le Racing a alors commencé à douter et a choisi de prendre les points quand il a pu: ainsi, à la 69e, Wisniewski a passé une pénalité qui a donné un peu d'air au Racing (23-16).

Les dix dernières minutes ont été catalanes et très intenses, mais Perpignan a gâché trop d'occasions et le drop de David Mélé à la 78e n'a rien changé à l'issue du match.

L'opération est bonne pour les deux équipes puisque le Racing enchaîne sa neuvième victoire consécutive et confirme un peu plus sa place en barrages et Perpignan reste dans la course grâce au bonus défensif.

Jean-Paul Couret et Cécile Grès, édité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant