Top 14 - Toulon : Régalez-vous avec le Top 10 des punchlines de Mourad Boudjellal

le
0
Top 14 - Toulon : Régalez-vous avec le Top 10 des punchlines de Mourad Boudjellal
Top 14 - Toulon : Régalez-vous avec le Top 10 des punchlines de Mourad Boudjellal

A la tête du RC Toulon depuis dix ans, le président Mourad Boudjellal qui a fait du club varois le plus puissant d’Europe, est également connu pour ses déclarations, qui ont souvent fait polémique. Son homologue dans le football, Jean-Michel-Aulas, n’est presque qu’un novice à côté. Découvrez notre top 10 meilleures punchlines de Boudjellal.

8 janvier 2012 : Le Rugby Club Toulonnais s'incline sur la pelouse du stade Michelin face à Clermont sur le score de 25-19. En conférence d’après match, le président prend la parole pour défendre les siens et finit par monter en pression. Il livre aux journalistes l’une des phrases les plus mémorables du rugby français : « J'ai connu ma première sodomie arbitrale contre Clermont lors de la demi-finale 2010, je viens de connaître la deuxième ce soir ». Cette déclaration lui a valu une suspension de 130 jours par la Ligue. Mourad Boudjellal ne semble pas pour autant regretter ses propos, lui qui revient sur ce passage dans son livre « Ma mauvaise réputation » (Edition de la Martinière, 2013,‘ €).  Boudjellal se justifie d’une manière bien à lui : « Il y a le fond et la forme. Si je n'emploie pas une certaine forme, on ne retient pas le fond. J'aurais pu raconter que l'arbitre n'était pas à la hauteur (…) ça aurait fait pschitt ». Un sacré personnage. 13 janvier 2012 : Quelques jours après sa déclaration choc, le président du RCT en rajoute une couche : « La vulgarité, ce n'est pas ça (parler de « sodomie arbitrale », NDLR). La vulgarité, c'est d'exhiber dans son bureau le Bouclier de Brennus de 1993 quand on sait dans quelles conditions il a été obtenu. » Cette pique est une allusion au titre de Castres acquis en 2013, entaché d’une erreur d’arbitrage au détriment de Grenoble. Une déclaration qui survient après que Boudjellal a été convoqué devant la commission de discipline pour la citation précédente. Il n’a vraiment peur de rien. 8 mai 2016 : Dernière sortie médiatique en date, qui a le mérite de mettre les choses aux claires. « Un président doit construire sa saison, la scénariser, avec son image, avec son public, ses stars car je considère, contrairement à d’autres, que la star n’est pas l’équipe mais qu’il en faut deux ou trois. Après, je ne prépare rien. Je réagis aux choses, parfois trop violemment. Je ne peux pas m’arrêter. Je peux tout faire péter. J’ai toujours été comme ça. Mais je vois tellement d’injustice que j’ai envie de régler leur compte aux faux-culs. Le rugby est un terrain assez fertile pour les faux culs. Le nombre de gens qui ont un avis pour dépenser l’argent des autres y est assez exceptionnel » déclare-t-il pour L’Equipe. On ne pourra pas lui enlever son honnêteté…

Boudjellal : « Ils vont rester nous emmerder jusqu’à ce qu’ils se pissent dessus ? »

2 décembre 2013 : Il ne s’en cache pas, Boudjellal, c’est le genre de type qui n’hésitera pas à dire tout haut, ce que les gens pensent tout bas. Lors du conflit en Coupe d’Europe, le président du RC Toulon a regretté l’attitude de la Ligue Nationale de Rugby. « J’avais bien compris que pour partir à la guerre, il faut des guerriers. Et là, il n’y en avait pas, à la Ligue », lance-t-il dans une interview à RTL et L’Equipe. « Moi, j’étais prêt à aller jusqu'au boycott de l’équipe de France. Vous ne nous signez pas la convention ? Et bien aucun joueur ne rejoindra l’équipe de France. Vous nous pourrissez le Top 14 ? Et bien on vous pourrit le Tournoi des Six Nations. Là, on aurait été à armes égales. » 9 juin 2012 : « Ils sont vieux, ils s'accrochent, ils se liquéfient. Ils vont rester nous emmerder jusqu'à quand, jusqu'à ce qu'ils se pissent dessus ? » Cette punchline de l'emblématique patron du RCT intervient le soir de la défaite de ses joueurs en finale du Top 14 contre Toulouse (18-12). Cette nouvelle sortie était destinée aux dirigeants du rugby français. 7 septembre 2012 : Mourad Boudjellal a tendance à être un poil susceptible. Son petit échange avec André Boniface (centre-ailier français au milieu des années 50) en témoigne : « André Boniface a dit qu'il s'était emmerdé devant Mont-de-Marsan - Toulon, alors j'ai revu un match de son époque en noir et blanc. Ça jouait tellement au ralenti que j'ai cru que mon lecteur DVD avait un problème. Moi qui me demandais pourquoi le rugby avait autant tardé à adopter l'arbitrage vidéo, j'ai compris : ce n'était pas difficile d'arbitrer à vitesse réelle. » 18 mai 2013 : Toulon décroche son premier titre européen (la Heineken Cup) sous l’ère Boudjellal face à Clermont sur le score serré de 16 à 15. Soulagé par ce premier trophée acquis dans un suspense insoutenable, le président déclare sous l’euphorie, n’en « avoir plus rien à cirer du Top 14 ». Conséquence une semaine plus tard, le RCT s’incline face à Castres, 14 à 19.

Boudjellal : « Je vais au bureau en Maserati et personne ne me demande d’augmentation »

8 avril 2011 : Mourad Boudjellal a certainement dû changer d’opinion à la suite de cette défaite (voire citation précédente), lui qui avait une belle image de Castres, le 8 avril 2011 : « Ce qui m'agace à Castres, c'est l'image de ‘‘petit'' que se donne ce club. On ne joue pas au pauvre quand on est riche. » 14 mai 2012 : Mourad Boudjellal met les points sur les i concernant le salary-cap. Avec lui, il n’est pas question d’augmentation : « Il y a des patrons qui vont au boulot en 206 pour que leurs employés ne leur demandent pas d'augmentation. Eh bien moi, je vais au bureau en Maserati et personne ne me demande d'augmentation, parce qu'ils savent que ce sera non. » 10 janvier 2016 : Boudjellal a souvent soulevé la question du racisme dans le rugby français, lui qui est issu de l’immigration algérienne. « On centralise toutes les haines. Je me demande s'il n'y a pas une forme de racisme. Est-ce qu'on traiterait Toulon et son président de la même façon si j'avais eu un parcours différent, si je n'étais pas un fils d'immigrés venus des bas quartiers de Toulon avec un nom plein de consonnes ? », déclare-t-il lors d’une interview pour Sud Ouest.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant