Top 14 - Stade Français - Pascal Papé : « Très content de revenir dans le groupe »

le
0
Top 14 - Stade Français - Pascal Papé : « Très content de revenir dans le groupe »
Top 14 - Stade Français - Pascal Papé : « Très content de revenir dans le groupe »

Absent de longue date pour blessure, Pascal Papé, emblématique deuxième ligne du Stade Français retrouve ses coéquipiers ce weekend à l’occasion du déplacement à Toulouse (samedi 20h45, 6eme journée). L’international Français a évoqué la rencontre et son avenir personnel lors du point presse ce jeudi.

Pascal Papé, pensez-vous que ce soit le bon moment pour aller à Toulouse qui reste sur trois défaites ? Je ne suis pas sûr qu’il y ait un moment dans la saison pour aller là-bas. Toulouse ça reste Toulouse, on a la même image que Toulon. Certes ils ont des passages a vides mais ce n’est jamais bien long... Ça reste un très bon effectif, quand on regarde la liste des joueurs, c’est vraiment impressionnant. Je ne suis pas certain que ce soit le bon moment d’aller à Toulouse, on sait que quand des joueurs sont touchés dans leur orgueil personnel, il y a plus souvent des réactions positives que négatives... Est-ce un match particulier ? Oui évidemment, c’est toujours de très belles affiches : il y a une dizaine d’années c’était le gros match. Aujourd’hui on peut voir que le Top 14 est tellement homogène que toutes les affiches sont terribles. C’est une affiche historique entre deux clubs au palmarès très long, ça reste un beau rendez-vous

Papé : « Je ne suis plus tout jeune... »

C’est votre premier match de la saison, le terrain vous a manqué... Oui c’était assez long mais je ne pouvais pas faire n’importe quoi, je suis plus tout jeune je ne récupère pas aussi bien que tout le monde. Je suis content de revenir dans le groupe, j’ai pris 15 jours pour travailler et revenir à mon meilleur niveau. Ce qui va m’animer c’est la motivation et l’excitation de retrouver l’équipe et de prendre du plaisir sur le terrain. On s’entraîne pour ça toute une carrière, pour vivre des duels entre les Stades ! Comment est le groupe à 48 heures de ce déplacement compliqué ? Il est bien, l’état d’esprit est là, le groupe travaille beaucoup, on est sur de belles prestations à domicile. Par contre, on ne ramène pas de points à l’extérieur alors qu’on fait de belles sorties, c’est un test ce weekend à Toulouse, ça va montrer un peu l’état d’esprit et le mental que peut avoir l’équipe cette saison... Est-ce que c’est un match référence selon vous ? Je pense que la mode du match référence, c’est vous qui l’avez mis au premier plan. Mais en tout cas il y’a pas mal d’actions qui sont référentes depuis le début de saison comme les matchs contre Clermont et Castres. On est sur la bonne voie, après un match référence je ne sais pas si ça veut dire grand-chose. En tout cas, pour un match à l’extérieur, tu n’es pas dans les mêmes dispositions mentales qu’à la maison, mais c’est un challenge intéressant pour nous, pour voir si on peut ramener des points chez un gros du championnat. Personnellement, comment vous abordez cette dernière saison en tant que joueur ? De la même façon que l’an passé ou celle d’avant, je profite un maximum. Je sais que ce sera terminé dans quelques mois, je sais que toutes les émotions que je vis en match ou à l’entraînement je ne les retrouverai pas, il faut s’attendre à ne pas revivre ces moments. Je prends du plaisir et j’essaye de bien parler avec les jeunes du club pour leur donner de mon vécu en les conseillant et en les aiguillant. J’essaye de passer le témoin de la meilleure des manières.

Papé : « Je n’ai jamais eu envie de manger un adversaire »

Vous pensez avoir un rôle différent sur le terrain ? Non parce qu’après sur le terrain l’impact physique est le même. Que tu sois en face d’un jeune de 18 ou de 35 ans, tu ne lui demandes pas sa carte d’identité pour savoir quel âge il a. La mentalité reste la même, il faut avoir celle de quelqu’un qui ne veut pas subir, je vais aider les jeunes, en étant aussi un peu personnel pour prendre mon pied sur les derniers qu’il me reste à jouer au rugby. Chris Ashton a été suspendu ce mercredi treize semaines pour une morsure. Qu’est que vous en pensez ? Je n’ai jamais eu envie de manger un adversaire personnellement. Treize semaines pour une morsure, c’est bizarre. Peut-être que des joueurs ont des tendances cannibales. Après moi je n’ai jamais eu cette pulsion, je le laisse aux Anglais (rires). En parlant de suspension, on a appris que Jules Plisson était suspendu 3 semaines, c’est un coup dur pour l’équipe ? Oui, c’est un coup dur, surtout dans la période dans laquelle on est en ce moment. On n’a pas mal de casse, des mecs malades, des suspendus : c’est la vie d’une équipe professionnelle aujourd’hui, où il te manque presque 40% de ton effectif. Il faut s’y préparer, nous on est préparés à ça. Je le répète, je crois aussi que certains gars peuvent se sublimer dans la difficulté, parfois quand on a la trouille, c’est là qu’on arrive à se sortir les c.., je ne vais pas citer l’expression mais vous comprendrez (rires). Propos recueillis par Steve PICARD
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant