Top 14 - Stade Français - Gonzalo Quesada : « Plus un match sympa qu'un vrai derby »

le
0
Top 14 - Stade Français - Gonzalo Quesada : « Plus un match sympa qu'un vrai derby »
Top 14 - Stade Français - Gonzalo Quesada : « Plus un match sympa qu'un vrai derby »

Gonzalo Quesada s'est attardé sur les forces du Racing 92 que son équipe affrontera samedi. L'entraîneur argentin du Stade Français estime cependant que ses joueurs ont les moyens de faire déjouer les Franciliens.

Gonzalo Quesada, pouvez-vous nous faire un point sur l’infirmerie ? En général, je joue le jeu, je ne dévoile rien avant le match... mais là, franchement je suis assez content car depuis le début de la saison, on a pris des points avec beaucoup d’absents. Le dernier match (31-26 contre la Rochelle) nous a laissé dans une situation compliquée donc je préfère laisser nos adversaires réfléchir sur les possibles compositions d’équipes. Du coup, vous ne faites pas un point sur l’infirmerie, ce qui veut dire que c’est un match important... Non, mais comme ce sont les voisins, ils auront les infos quand même (rires). Ils auront les infos mais on va les faire travailler un peu plus. La bonne nouvelle c’est que Jules (Plisson) est de retour pour ce match ? Jules est de retour donc il sera dans le groupe. Djibril (Camara) il n’est pas loin non plus. C’est les deux retours de blessures et de suspension. Je pense qu’il y a pas mal de postes sur lesquels on est bien.

 « On sent une équipe très en confiance »

Quel regard portez-vous sur le Racing qui est en difficulté à l’extérieur depuis le début de saison ? Comme vous l’avez dit, ils sont en difficulté car ils n’ont pas pris beaucoup de points. Je pense qu’à Clermont, ils ont beaucoup tourné mais sur les autres matchs ils étaient présents. Par contre, à la maison, ils ont beaucoup évolué dans le jeu.  On sent une équipe très en confiance et qui arrive à faire très mal à l’adversaire. On s’attend à un gros Racing, champion de France, qui a besoin de points, donc ça sera très difficile. C’est un derby, un match entre les deux derniers champions de France, c’est une belle affiche sur le papier... Oui, c’est un match entre le Champion de France en titre et nous. On y va avec beaucoup de respect, d’humilité, pour cette très belle équipe du Racing. Avec toutes les analyses qu’on a pu faire sur eux, on les trouve très, très, performants. Vous qui avez vécu le derby des deux côtés (entraîneur du Racing 92 entre 2011 et 2013), trouvez-vous que ce derby a une saveur particulière ou au contraire devient un match comme les autres ? Je pense qu’on a essayé à une certaine époque avec les présidents de créer une ambiance, quelque chose de particulier. Je pense que ça n’a pas trop pris, mais ça reste un match sympa. Je pense que le fait qu’on ait été champion il y a deux ans, et qu’eux soient les champions en titre, puisse rendre le match encore plus sympa dans ce sens-là. Mais aujourd’hui, malheureusement pour le derby, il y a une vraie amitié entre les staffs et entre les joueurs. Un mot sur votre équipe en ce moment ? Au-delà du derby, ça sera aussi un match à l’extérieur. Nous aussi on a du mal à l’extérieur. On a du mal à avoir de la continuité dans notre effectif, malheureusement. Mais bon, je pense qu’au niveau de la défense et de l’attaque on progresse beaucoup. On va jouer contre ce qui se fait de mieux en ce moment à la maison, en toute sincérité. C’est un énorme challenge.

 « On a aussi des ambitions »

Cette victoire à la Rochelle la semaine dernière (31-26) vous permet d’aller à Colombes avec un esprit plus libéré... C’est sûr que ce n’est pas nous qui avons la pression. Mais nous on a aussi nos ambitions et on ne veut pas juste aller devant le Racing et les laisser dérouler. C’est vrai qu’on est rassuré entre guillemets par rapport au contenu, plus que par rapport à la victoire. Ce sera dans tous les cas très compliqué. Après, on n’a pas une énorme pression au niveau du résultat, mais si on veut vraiment se donner les moyens d’aller dans le Top 6, il va falloir remporter les matchs à l’extérieur donc il faut préparer tous les matchs à fond. L’enjeu, au-delà du Racing, c’est de ne pas se faire distancer par le Top 6... Oui, aujourd’hui tous les matchs sont difficiles, que ça soit à domicile ou à l’extérieur, il faut prendre des points partout. Encore une fois, on sait la taille du challenge. Sans aucune langue de bois, on voit les forces du Racing aujourd’hui et on a du mal à trouver des points faibles. Il y a beaucoup de puissance en face. On se prépare surtout à les contrer. On sent que si on arrive à mettre notre jeu en place, on peut les mettre en difficulté donc on ne va pas s’empêcher de jouer ce match à fond. On ira sans complexe mais avec beaucoup de respect. Il y a effectivement de belles individualités en face avec notamment Dan Carter... C’est sans aucun doute le meilleur ouvreur de l’histoire. Après, on essaye de se focaliser sur nous, on sait qu’ils seront prêts à nous livrer un gros combat. On connaît leurs points forts. Mais encore une fois on y va sans complexe, et on va essayer de profiter de ces matchs pour prendre de la confiance dans notre jeu. Malgré les absents, on aura une équipe avec beaucoup d’expérience, et on y va avec beaucoup d’enthousiasme, d’excitation contre le Champion de France en titre qui a fait du mal à beaucoup d’équipes à domicile.

 « Jules Plisson est une pièce maîtresse de notre équipe »

Sans parler de doute, on a le sentiment que Jules Plisson a un peu de fragilité dans la tête, comment le ressentez-vous ? C’est difficile pour tous les 10 en France. Les saisons sont très longues, à un poste où il y a énormément de responsabilités, dont le groupe dépend beaucoup. Après si on regarde sur les dernières années, tous les 10 qui sont internationaux ont des hauts et des bas, et je pense que Jules n’échappe pas à la règle. Mais en tout cas en interne, il est une pièce maitresse de notre équipe. On va l’accompagner pour qu’il revienne très vite à son meilleur niveau, pour lui et pour l’équipe. Il a votre confiance, du temps de jeu. Malgré tout, pensez-vous qu’il se pose beaucoup de questions ? Je sais pas, je n’ai pas trop cette sensation. Au contraire, j’ai l’impression qu’il aime bien la responsabilité. Plus il y a de responsabilité, plus il y a de l’enjeu, plus on le sent épanoui. Je mets tous les 10 dans le même sac. Ils connaissent tous des moments difficiles, même Carter il n’est pas capable de faire 11 mois d’affilée à très haut niveau donc ça montre que c’est un poste compliqué. Propos recueillis par Steve Picard
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant