Top 14 : Racing-Clermont, la dernière chance des Franciliens

le
0
Top 14 : Racing-Clermont, la dernière chance des Franciliens
Top 14 : Racing-Clermont, la dernière chance des Franciliens

Ce devait être une fête, ce sera une curiosité. Un match de rugby à Lille ? De rugby ? Ce sport qui se déchire et se décompose au gré de la folie des hommes ? Eh oui, c'était même une affiche entre le Racing 92, champion de France en titre, et Clermont, sans doute le mieux armé pour lui succéder, avant que les Auvergnats ne décident d'envoyer leurs réservistes dans le Nord.

 

Le Racing, c'est ce club qui a tout connu ou presque cette saison : les soupçons de dopage de ses stars -- Carter en tête --, la conduite alcoolisée -- encore Carter --, l'achat de cocaïne -- Williams -- et, la semaine dernière, une fusion avec le Stade Français aussi vite avortée qu'elle avait été claironnée à la surprise générale par les deux présidents. «Il y a eu toute une suite d'avanies pour partie indépendantes de ma volonté, mais celle-là, clairement, j'en suis responsable», a déclaré mardi dans nos colonnes Jacky Lorenzetti, le patron des Ciel et Blanc.

 

Dernière chance pour la qualification

 

Rien ne s'effacera, c'est certain, surtout dans le climat délétère actuel entretenu par la guerre ouverte menée par la Fédération française contre la Ligue nationale. Il est temps cependant de penser un peu au public qui paye pour voir de jeunes gens courir après un ballon ovale. Surtout que l'enjeu est colossal pour les Franciliens, dont le match à Montpellier samedi dernier, en plein psychodrame de la fusion, a été reporté sans concertation et un peu hâtivement par la Ligue (le club des Hauts-de-Seine pourrait se retrouver avec match perdu et deux points en moins au classement après contestation de la FFR). Il s'agit en effet d'une dernière chance d'espérer encore la qualification pour la phase finale.

 

«Cela aurait été compliqué d'avoir joué, ça l'est tout autant de ne pas avoir joué, lance le coentraîneur Laurent Travers. A nous de gérer la situation. Nous avons été vexés par notre défaite à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant