Top 14 - Racing 92 / Wenceslas Lauret : « Un problème d'application »

le
0
Top 14 - Racing 92 / Wenceslas Lauret : « Un problème d'application »
Top 14 - Racing 92 / Wenceslas Lauret : « Un problème d'application »

Le troisième ligne du Racing 92 Wenceslas Lauret s'est confié ce mercredi à trois jours du derby face au Stade Français sur les difficultés que traverse le club et a évoqué cette affiche de prestige entre les deux derniers champions de France.

Wenceslas Lauret, vous affrontez le Stade Français ce samedi (14h45) pour le derby francilien, comment l’appréhendez-vous, vous qui avez déjà vécu des derbies basques (Bayonne-Biarritz) ? Tous les derbies ont une saveur particulière, que cela soit au Pays Basque ou à Paris. Après, on va dire que dans le Sud, il y a beaucoup plus de ferveur. A Paris, ça reste davantage entre joueurs, la famille, mais il y a quand même une ferveur qui est plus interne dans la région. Vous êtes assez proche au classement (deux points séparent les deux équipes, ndlr), ce match est-il une manière de vous relancer ? Déjà, on joue pour ne pas être au fond du classement, ça c’est sûr. Après, on a eu des défaillances à l’extérieur donc, à domicile, il faut apprendre à concrétiser, à gagner nos matchs. En tant que joueur, ressentez-vous un « effet champion » ? Oui, c’est sûr, on est attendu partout. Même dans la presse, les titres sont du genre « Telle ou telle équipe reçoit les champions ». On va dire qu’il y a une pression supplémentaire. Après c’est à nous de faire abstraction de tout cela et de travailler pour être le plus sérieux possible.

Lauret : « Un problème de précision, de concentration, d’application »

Diriez-vous que les mauvais résultats sont dus à un retard dans la préparation pour certains joueurs ? Pour vous également, estimez-vous être à 100% physiquement ? Non, du tout. Après, on peut se trouver toutes sortes d’excuses. Quand on dit désossés, je ne pense pas car, sur les matchs que l’on a fait à domicile, on a pu voir qu’on était très performants. Après, à l’extérieur, on a eu quelques problèmes de réglages qu’il va falloir corriger pour qu’on soit aussi bon à domicile qu’à l’extérieur. Personnellement, je me sens bien. Après, chaque joueur peut avoir des baisses de forme, il suffit d’avoir plus de récupération et plus de travail pour être à 100% sur le terrain. Vous parlez de petits réglages, ne serait-ce pas un problème d’envie ? Non, l’envie elle y est puisqu’on voit que sur les matchs, on ne termine jamais très loin. C’est plus un problème de précision, de concentration, d’application. Il faut vraiment qu’on soit concernés, concentré à l’entraînement pour l’être aussi le week-end. Comment s’est passée l’arrivée de Patricio Noriega ? Ça s’est très bien passé. Ce qui est bien, c’est qu’il y a eu un nouveau discours, une nouvelle forme de travail et, nous, on est là pour écouter, pour apprendre surtout. On sait qu’on a eu des lacunes par rapport à ce secteur-là et, maintenant, on a hâte de les corriger et d’appliquer ce qu’il nous apprend. Comment jugez-vous le duel qui se profile avec les troisième lignes du Stade Français ? Ils sont tous internationaux. C’est vrai que ça sera un beau duel, que ce soit devant ou derrière. C’est vraiment une belle affiche. Sur ce genre de match, ce sera le meilleur qui gagnera, tout simplement. Propos recueillis par Steve PICARD
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant