Top 14 - Racing 92 : Lorenzetti met les choses au point

le
0
Top 14 - Racing 92 : Lorenzetti met les choses au point
Top 14 - Racing 92 : Lorenzetti met les choses au point

Alors que la FFR a officiellement blanchi Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti s’est exprimé devant la presse ce mardi et a voulu mettre les choses au point.

L’« affaire des corticoides » est bel et bien finie. La Fédération Française de rugby a officiellement blanchi Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff des accusations de dopage aux corticoïdes dont ils faisaient l’objet suite à un contrôle positif après la dernière finale du Top 14. Quelques heures après cette officialisation, Jacky Lorenzetti s’est présenté en conférence de presse mais s’est contenté d’une longue déclaration. Le patron du club francilien a, d’abord, voulu confirmer que les joueurs n’ont pas été informés de cette décision avant mardi matin. « Nos joueurs ont reçu chacun différentes lettres de la FFR. Il est indiqué : « La commission de première instance de lutte contre le dopage et la FFR décide de relaxer Monsieur Daniel Carter de toute poursuite disciplinaire », a assuré Jacky Lorenzetti. Donc la FFR a décidé de blanchir Dan (Carter), Joe (Rokocoko) et Juan (Imhoff). Nous sommes au courant de la décision de la FFR que depuis ce matin, contrairement à ce que peux dire certains médias mal informé. »

Lorenzetti : « Le rugby sort propre de cette affaire »

Une décision qui soulage Jacky Lorenzetti et qui met un terme aux accusations dont le club champion de France faisait l’objet ces dernières semaines, après la révélation de ces contrôles positifs : « Cette décision ne nous soulage pas parce que depuis la première heure, nous sommes certains de notre bonne foi et de la velléité des traitements que Sylvain (Blanchard, le médecin du club, ndlr) a opérés avec nos joueurs, mais ça nous pose quelques questions. » Mais ce qui soulage le plus Jacky Lorenzetti, c’est qu’il est désormais acquis que tout a été fait dans les règles nationales et internationales concernant les traitements donnés aux joueurs du Racing 92. « Les trois joueurs, le club et le médecin ne sont coupables de rien sauf d’avoir respecté le règlement et la loi en vigueur promulguée par l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) et la LNR (Ligue Nationale de rugby), assène le patron des Ciel-et-Blanc. Donc à cette question, la réponse est claire et simple : le rugby sort « propre » de cette affaire, nos joueurs sont innocents d’une quelconque prise de produit illicite, le médecin a fait son boulot et le Racing est éthique. »

Lorenzetti : « On a voulu faire du sensationnel »

Le président du Racing 92 s’est ensuite lancé dans une diatribe à l’encontre des médias qui ont ébruité ces contrôles positifs. Et, un brin paranoïaque, Jacky Lorenzetti pense que c’était plus que le club francilien qui était visé dans cette affaire. « Dan Carter a été visé en premier parce que ça faisait l’effet d’une bombe, puis Joe et Juan quelques jours après. On a appris la nouvelle le 13 octobre par les uns et les autres, et le point commun, c’est qu’à notre avis, le rugby était visé, le sport aussi, assure le président du Racing 92. Notre équipe a subi ces amalgames et ses raccourcis. On a voulu faire du sensationnel. Des médias sont devenus des tabloïds, c’est leur droit. Vous avez le droit de faire votre boulot, mais pas de faire des amalgames ou des raccourcis et de salir les hommes, les joueurs, les clubs et un sport. » Une affaire dont le club francilien pourrait ne pas sortir indemne. « Ça nous a beaucoup marqués. On a mal vécu cette période, assure Jacky Lorenzetti. On a choisi de ne pas se défendre car on a voulu respecter la commission. » La dernière charge du patron des champions de France en titre vise le fait que cette affaire a fuité dans la presse, sans que le secret de l’instruction puisse être respecté. « La troisième question qu’on peut se poser c’est le secret de l’information, le secret de l’instruction. Vous cherchez, vous faites votre boulot, mais moi je regrette qu’il n’y ait plus de secret d’instruction en France, que ce soit dans les affaires sportives ou commerciales, ajoute Jacky Lorenzetti. C’est contraire à la loi et c’est regrettable car ça biaise. C’est dommageable. Après, il faut savoir à qui cela profite. Quel est l’intérêt de salir l’image de joueur comme Dan ? Pour nous, l’affaire est réglée, on a été réhabilités. » Une affaire qui est désormais close, mais qui va sans doute rester dans les têtes un bon moment. Avec J.D., à Colombes
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant