Top 14 - Racing 92 : L'affaire des corticoïdes va être classée

le
0
Top 14 - Racing 92 : L'affaire des corticoïdes va être classée
Top 14 - Racing 92 : L'affaire des corticoïdes va être classée

Le traitement aux corticoïdes de trois joueurs du Racing 92, Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, ayant été signalé dans le procès-verbal par le médecin du club, l’affaire va être très rapidement classée, indique le journal Le Monde.

Beaucoup de bruit pour rien. Le pavé dans la mare jetée vendredi par le journal l’Equipe avec l’affaire des corticoïdes au Racing 92 est en train de couler à la même vitesse qu'il a éclaboussé le rugby français ces dernières heures. Le traitement pris par Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff avait en effet été « signalé par le médecin du club dans son procès-verbal », révèlent nos confrères du journal Le Monde. Il ressort de cette investigation qu’il y a d’autant moins eu intention de se doper que le médecin avait également pris le soin de « déposer une déclaration d’usage », comme l’exige la Fédération française de rugby. Pour couronner le tout : le traitement des trois hommes ne nécessitant aucune AUT, Carter, pas plus que Rokocoko ou Imhoff, n’avait fait de demande dans ce sens.

La notion d’infiltrations locales et orales

Le Monde sait de source sûre que les joueurs concernés ont uniquement eu recours à des infiltrations locales, des infiltrations qui sont autorisées, contrairement aux infiltrations orales. Ce qui fait dire dans le journal à Christian Bagate, le responsable de la lutte antidopage à la FFR, que « l’instruction est terminée » et que « la commission (deux médecins, deux juristes et une personnalité du monde sportif) va statuer rapidement. »

« Le médecin du Racing a tout fait dans les règles »

Après la dernière finale du Top 14, des corticoïdes avaient été retrouvées dans les urines de Carter, Rokocoko et Imhoff. Le soufflé, très vite monté, devrait donc retomber aussi rapidement. « Le médecin du Racing a fait tout son travail dans les règles, et c’est dans le dossier », ajoute Bagate, comme pour refermer encore plus vite le chapitre. Il ne reste plus au médecin du Racing qu'à prouver que les corticoïdes constituaient le seul traitement pour soigner les joueurs. Ce qui ne devrait pas tarder non plus.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant