Top 14. Quesada (Stade Français) : «Ça aurait été plus simple contre Oyonnax»

le
0
Top 14. Quesada (Stade Français) : «Ça aurait été plus simple contre Oyonnax»
Top 14. Quesada (Stade Français) : «Ça aurait été plus simple contre Oyonnax»

Ce vendredi soir (21 heures), le Stade Français défie le Racing-Métro dans son stade Jean-Bouin de la porte d’Auteuil, en match de barragedu Top—. Un événement en soi car les joueurs de la capitale n’avaient plus atteint la phase finale depuis six ans. Objectif pour le club parisien : accéder à la demi-finale, la semaine suivante à Bordeaux contre Toulon. Gonzalo Quesada, le manageur, évoque la nouvelle ambition de son équipe et ses craintes face à un rival bien armé.

"Je suis très fier de voir que notre adversaire nous respecte à ce point. .." G.Quesada #favori #derby #SFPRM92 pic.twitter.com/00MY7RtoK3— Le Parisien - Sports (@LeParisienSport) 28 Mai 2015

Qui est le favori de ce derby pour vous ?

GONZALO QUESADA. J’ai vu que du côté du Racing, on dit que c’est nous. Je suis très fier de voir que nos adversaires nous respectent. Je ne vais pas faire de la langue de bois mais il faut regarder les choses en face. Quand on compte le nombre des internationaux des deux équipes, ils en ont deux fois plus que nous. Ils ont toujours disputé la phase finale depuis qu’ils sont revenus en Top— (NDLR : saison 2009-2010). Leurs entraîneurs Laurent Labit et Laurent Travers ont déjà été champions de France (NDLR : en 2013 avec Castres) alors que, moi, je n’ai connu que deux barrages avec le Racing (NDLR : 2012 et 2013). Il suffit de comparer les choses.

Que redoutez-vous en particulier ?

Le Racing sera surmotivé car nous l’avons battu deux fois cette saison. Il s’est qualifié lors de la dernière journée alors il ne pourra être que décomplexé et il ne va faire que vingt minutes de route pour venir chez nous. Au niveau des spectateurs, ce sera 50-50. Je connais la plupart des Racingmen, ils sont habitués à ce contexte et vont se donner à fond. Le Racing, c’est l’adversaire le plus dur que l’on pouvait rencontrer à ce niveau. Cela aurait été plus simple de jouer contre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant