Top 14. Paul Goze: «Quand je vois des poteaux de rugby au Camp Nou, je jubile»

le , mis à jour à 22:26
0
Top 14. Paul Goze: «Quand je vois des poteaux de rugby au Camp Nou, je jubile»
Top 14. Paul Goze: «Quand je vois des poteaux de rugby au Camp Nou, je jubile»

Le président de la Ligue nationale de rugby, Paul Goze, est en état d'apesanteur. Avant la finale du championnat de France programmée vendredi soir au Camp Nou à Barcelone, ce fervent Catalan nous confie toute la fierté d'avoir réussi cette délocalisation et de battre à cette occasion le record mondial d'affluence pour un match de rugby : 98 500 spectateurs.  

«Le seul inconvénient de ce match à Barcelone c'est que le retour à Paris risque de manquer de peps. Mais on fera tout pour qu'il en ait. Quand vous avez mangé des grives et que vous revenez aux merles c'est plus difficile», souligne Goze qui «jubile de voir des poteaux de rugby sur la pelouse du stade catalan».

 

Pourquoi avoir délocalisé à Barcelone la finale du championnat de France ?

Paul Goze. On a saisi une opportunité. Le report du début du championnat à cause de la Coupe du monde conjuguée à l'Euro de football ont fait qu'aucun stade n'était disponible le 24 juin dans l'Hexagone. Hormis des stades de 25 à 30 000 places. On ne pouvait pas organiser la finale de notre championnat dans une enceinte de cette dimension.

 

Comment avez-vous arrêté votre choix sur le Camp Nou ?

J'ai rencontré Jacques Lambert (le directeur général de l'Euro) bien en amont et j'ai bien compris en sortant de son bureau que ce serait compliqué d'obtenir un stade à cette période, notamment le Stade de France. J'ai immédiatement pensé à Barcelone. La ville a paru parfaitement adaptée à ce qu'on recherchait.

 

C'est le fait que vous soyez originaire de Perpignan qui a été déterminant ?

Non même si j'avais et j'ai toujours l'habitude d'y venir. On a pensé à Milan et Londres. En Italie, il n'y avait pas d'accroche particulière et Londres c'est très cher pour les supporteurs. Barcelone, c'était parfait. La zone de chalandise du rugby en France, qui va de Nantes à Lyon a la particularité d'être aussi éloignée de Paris que de Barcelone. On ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant