Top 14: Paris redécouvre la dynamique de la concurrence

le
0

par Mathieu Baratas

PARIS (Reuters) - Fort d'un groupe d'une quarantaine de professionnels et de jeunes espoirs, le Stade Français redécouvre les vertus de la concurrence interne alors qu'il occupe la sixième place du Top 14 avant de recevoir vendredi Biarritz, la lanterne rouge.

Le club de la capitale reste sur trois victoires contre des grosses écuries du championnat, Clermont (37-16), le Racing (29-3) au Stade de France et Perpignan (35-16), avant d'accueillir le BO.

"Pour ne pas sortir des six, on se doit de rester invaincus à domicile", a souligné le capitaine Sergio Parisse.

Cette ambition est le résultat d'une politique de recrutement orchestré en grande partie par Bernard Laporte juste avant l'échec de son plan de relance. Avec l'arrivée de 20 joueurs, dont de nombreux internationaux, en exercice ou à la retraite, le groupe a fait un saut qualitatif.

"L'effectif est plus important cette saison. Il y a beaucoup de très bons joueurs et il y a plusieurs choix à tous les postes. L'effectif est plus large et plus compétitif que l'an dernier. Aujourd'hui, c'est dur de faire une sélection à chaque fois", dit Parisse, qui a prolongé au club jusqu'en 2016.

Avec autant de nouveaux joueurs, le collectif a mis du temps pour trouver le bon rythme. Revenu au complet seulement après la Coupe du monde, l'effectif a pu travailler en opposition réelle sous la direction du staff.

"On a réussi à trouver des repères sur le terrain, ce qui était un peu compliqué en début de saison entre la Coupe du monde et l'intégration de tous les nouveaux joueurs. Petit à petit, nous commençons à bien nous connaître, l'ambiance est fantastique et cela se voit sur le terrain", poursuit le n°8.

PLUS DE CONCURRENCE

Le groupe ne fonctionne plus en flux tendu comme la saison passée, les joueurs peuvent souffler quand ils en ont besoin et la concurrence à chaque poste crée l'émulation demandée par les joueurs eux-mêmes.

L'international français Pascal Papé est le premier à se réjouir de la présence de cinq autres deuxièmes lignes dans l'effectif.

"Le groupe est étoffé et permet de tourner, ce que nous ne faisions pas l'an dernier. Il y a aussi plus de concurrence", dit le demi de mêlée Julien Dupuy, qui a vu arriver Julien Fillol et l'ex-All Black Byron Kelleher.

"C'est une bonne chose pour nous et le coach. Il peut adapter l'équipe à l'adversaire", a-t-il ajouté.

Malgré la blessure à l'oeil du talonneur international Dimitri Szarzewski, indisponible pour trois semaines, Michael Cheika n'est pas inquiet car il peut compter sur un ex-All Black Aled de Malmanche (5 sélections), et un champion du monde des moins de 20 ans, Laurent Sempéré.

Le centre samoan Paul Williams (doigt) est forfait mais l'ex-wallaby Morgan Turinui (20 sélections) et l'Argentin Gonzalo Tiesi (29 sélections) prennent le relais.

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant