Top 14: Mourad Boudjellal crée une nouvelle armada toulonnaise

le
0

par Mathieu Baratas

PARIS (Reuters) - Avec un effectif renforcé, un budget solide et une ambition légitime, le président de Toulon Mourad Boudjellal a mis tous les atouts de son côté pour vivre une saison meilleure que la précédente et ses deux échecs en finales.

Le vice-champion de France, battu par Toulouse en juin (18-12), n'a pas attendu pour préparer la saison 2012-2013. Le bouillonnant duo Boudjellal-Bernard Laporte s'est activé très vite sur le marché des transferts pour définir son effectif avec comme ligne directrice d'apporter "de la qualité en quantité".

"Nous voulions moins de joueurs et relever le niveau moyen des joueurs. C'est pour cela que nous n'avons pris que des internationaux", explique Mourad Boudjellal dans une interview par téléphone à Reuters.

Les 22 départs de la Rade ont ainsi été compensés par neuf recrues aux pedigrees impressionnants.

L'ouvreur Frédéric Michalak, le centre vice-champion du monde Maxime Mermoz, le troisième ligne Chris Masoe, meilleur joueur du Top 14 en 2011-2012 avec Castres, les piliers anglais Andrew Sheridan et gallois Gethin Jenkins, entre autres, viennent se greffer à la cohorte de stars -Wilkinson, Giteau, Hayman... - déjà présente.

"Chaque joueur recruté doit apporter une valeur ajoutée au groupe. Nous n'avons pas recruté pour recruter", souligne le président du RCT.

"Nous manquions de puissance devant la saison passée. Nous avons pris Masoe et Sheridan. Nous avions besoin d'un leader en touche, nous avons recruté Nick Kennedy. Nous avions besoin de joueurs créatifs derrières, nous avons pris Michalak et Mermoz", détaille-t-il.

"FAIRE MIEUX"

Avant même le début de la saison, Toulon fait figure d'épouvantail et de curiosité dans le Top 14 mais cette concentration de joueurs sera-t-elle suffisante pour ramener un titre ?

"Être satisfait, cela s'écrit au passé et non au futur. J'en parlerai au passé. Jusqu'ici tout va bien car on n'a pas joué", répond Mourad Boudjellal interrogé sur la qualité de son effectif.

Le RCT sort d'une saison riche sportivement même s'il n'a pas ramené le trophée si convoitée par son président et l'objectif de la saison à venir tel que le fixe Mourad Boudjellal coule de source: "faire mieux".

"Il faut aller au Stade de France et perdre en prolongation. Ce serait mieux", dit avec humour le fondateur des Éditions du Soleil. "On a goûté à l'exceptionnel. On a envie d'y regoûter."

"On a la chance d'être qualifié pour la Coupe d'Europe. On veut faire découvrir notre club à l'Europe", ajoute-t-il.

Cet as du marketing s'attache à construire un modèle sportif et économique propre à son club pour rivaliser avec les mastodontes du Top 14, Toulouse et Clermont.

"En parallèle du sportif, il y a le développement de la marque Toulon. On a amélioré sensiblement le stade (Mayol). Il y a une identité régionale. Toute la région PACA est derrière nous. Et puis, il y a des projets de grands stades en cours autour de Toulon, à Nice et Marseille, à une heure de voiture. On veut jouir de tout cela", déclare-t-il.

"On est loin de notre vitesse de croisière. On n'en est encore qu'aux balbutiements."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant