Top 14 - Montpellier : Nagusa a eu peur d'être viré, mais il est resté aux Fidji

le
0
Top 14 - Montpellier : Nagusa a eu peur d'être viré, mais il est resté aux Fidji
Top 14 - Montpellier : Nagusa a eu peur d'être viré, mais il est resté aux Fidji

Dans une interview accordée à Midi Olympique, l’ailier de Montpellier Timoci Nagusa a expliqué les raisons de son retour tardif des Fidji.

Timoci Nagusa s’est fait attendre... Longtemps, très longtemps. Depuis plus de deux mois pour être exact, Montpellier attendait impatiemment que son ailier Fidjien rentre de ses vacances sur son île. Le joueur avait alors prétexté la perte de sa carte bancaire pour justifier son absence...  Très agacé, le staff du MHR avait alors brandi la menace d’un licenciement dans les médias en août dernier. Ce qui n’a pas échappé au joueur : « Quand j’ai pris la décision de rester aux Fidji, j’ai eu peur d’être viré, a déclaré le Montpelliérain dans Midi Olympique. J’ai vu ce qu’il s’est passé pour Timoci Matanavou (licencié par Perpignan pour un retard, NDLR) ». Mais pour des raisons personnelles, l’ailier a prolongé son séjour : « Je voulais régler mes problèmes là-bas. Je sais que plus de deux mois de retard c’est beaucoup, mais j’ai choisi de privilégier ma famille. »

Pas de primes en perspective pour Nagusa

Comme il l'explique dans Midi Olympique, il accepte donc les conséquences de son retour tardif, en plus de la suspension de son salaire depuis cet été : « J’ai dit à Jake White et au président Mohed Altrad que quoi qu’il arrive, je respecterai leur décision et ne la remettrai pas en cause. Je sais déjà que je ne vais pas toucher la totalité des primes que je devais percevoir ».

Seulement trois kilos en trop

Après avoir coupé longtemps, c’est donc un Nagusa visiblement revigoré qui revient dans l’Hérault, avec la ferme attention de briller de nouveau sur les terrains plutôt que par son absence : « Je suis revenu plus sage, plus responsable, j’ai les idées claires. Je suis sûr d’être plus fort que jamais. Avant, je ne voulais jamais rentrer des Fidji. Là, je n’ai jamais été aussi heureux de revenir en France. Je suis un homme meilleur ». Et en plus, il n’a presque pas pris de poids : « Je suis rentré avec seulement trois kilos de plus qu’avant mon départ. D’habitude, après quatre mois d’absence, je revenais avec dix ou dix-huit kilos de trop. Maintenant que tout est réglé, je n’ai qu’une hâte : retrouver la compétition. J’en meurs d’envie ».
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant