Top 14: Luke McAlister, monsieur plus de Toulouse

le
0
Top 14: Luke McAlister, monsieur plus de Toulouse
Top 14: Luke McAlister, monsieur plus de Toulouse

par Mathieu Baratas

PARIS (Reuters) - Dans le duel des buteurs, le Néo-Zélandais de Toulouse Luke McAlister a pris le meilleur sur l'Anglais de Toulon Jonny Wilkinson lors de la finale du Top 14 remportée samedi par le Stade Toulousain (18-12).

"Je suis vraiment content d'avoir répondu présent. C'est le premier titre de ma carrière. C'est un grand honneur de partager cette victoire avec cette équipe qui est comme une famille", a dit l'ancien All Black (31 sélections), arrivé à Toulouse après la dernière Coupe du monde pour laquelle il n'avait pas été sélectionné.

"Nous avons travaillé très dur, tous les week-ends, à chaque minute pour décrocher le Bouclier."

Dans une finale verrouillée à double tour par les défenses, la réussite au pied de McAlister, auteur de la totalité des points de son équipe, mais aussi ses éclairs dans le jeu en seconde période ont fait basculer la rencontre.

"Luke est un joueur très doué. Il a été très bon dans son rôle de buteur et d'ouvreur. Il a énormément travaillé et continue de travailler. Il a mis du temps à s'adapter au Top 14. Il surfé sur notre bon début de saison et après il a eu un coup de moins bien mais il est bien revenu ensuite", a jugé l'entraîneur des arrières Jean-Baptiste Elissalde.

Auteur déjà d'un 100% (6 sur 6) en demi-finale face à Castres (24-15), le buteur d'origine maorie s'était concentré pour "réussir les coups de pieds" et a eu le même taux de réussite 100% (6 sur 6) en finale même s'il a raté deux drops en première mi-temps (19e et 39e).

En plus de se montrer décisif dans les tirs au but, replacé à l'ouverture après avoir joué centre en demi-finale, il a illuminé la rencontre par quelques coups de pattes et percées tranchantes, notamment à l'heure de jeu.

Blessé et remplacé par Lionel Beauxis (71e), le joueur a reçu le titre d'homme du match avant de souffrir sur la touche pendant les dernières minutes de la rencontre quand Toulon poussait sur la ligne de Toulouse.

"J'étais très nerveux. Mais maintenant, c'est un soulagement", a-t-il dit en souriant. "Après la rencontre, c'était la folie dans le vestiaire. Tout le monde s'est mis à danser, à glisser avec le Brennus sur le sol recouvert de champagne. Je vais pouvoir ranger mon Bouclier dans ma chambre."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant