TOP 14 : LES ENJEUX DE LA 23EME JOURNÉE

le
0

Une semaine avant la trêve européenne, le Top 14 continue son bonhomme de chemin avec la 23eme journée. Pendant que le Stade Français jouera sa survie en Top14, les pointures batailleront pour assurer leur place pour les phases finales. 

LA ROCHELLE – MONTPELLIER : LA PASSE DE ONZE POUR LE MHR ?

A la Rochelle ce samedi pour la 23eme journée de Top 14, Montpellier aura déjà la tête à l’Europe et pourrait présenter une équipe remaniée. Mais les joueurs choisis pour ce match auront à cœur de faire perdurer la série en cours impressionnante de dix victoires consécutives toutes compétitions confondues. Le week-end dernier, les Héraultais n’ont pas fait dans le détail en écrasant Grenoble (51-10). La Rochelle sort d’une déconvenue, comme souvent à l’extérieur cette saison. Les hommes de Patrice Collazo se sont inclinés chez le treizième du Top 14 (17-16). Avec cette défaite, les Maritimes ont quasiment dit adieu à leurs espoirs de Top 6. Deuxième du Top 14, le MHR ferait un très grand pas vers les demi-finales en cas de victoire. Mais ils devront se déplacer chez la meilleure équipe du championnat sur ses terres. Les Rochelais n’ont en effet perdu qu’une fois à Marcel-Deflandre. Les Jaune et Noir voudront faire honneur à leur réputation.

Les absents rochelais de marque : Pelo (pectoral), Raikuna (genou), Gau (épaule), Roumieu (épaule), Botia (genou).

Les absents montpelliérains de marque : Mogg (ischio-jambiers), Fall (pied), Liebenberg (cervicales).

Le joueur rochelais à surveiller : Zack Holmes. Inspiré à Oyonnax, le joueur australien est le dépositaire du jeu rochelais. Dans un bon jour, il peut être redoutable.

Le joueur montpelliérain à surveiller : Nic White. Souvent considéré comme la doublure de Benoît Paillaugue, le n°9 sud-africain a fait parler la poudre face au FCG. Sa confiance retrouvée joue en sa faveur.

La décla rochelaise : Romain Sazy, troisième ligne : « Le Top 6, cela va être dur. Il reste quatre matchs. On ne sait jamais... Un coup de chance peut-être... ».

La décla montpelliéraine : Thibaut Privat, deuxième ligne : « C’est un déplacement très difficile. Il y a beaucoup d’équipes qui sont passées à la trappe là-bas. ».

 

PAU – CLERMONT : RÉAGIR POUR LES DEUX EQUIPES

Après sa défaite au Racing 92 (26-20), Clermont va vouloir se racheter dès ce week-end contre une équipe de Pau qui n’a plus rien à jouer. Leader du championnat, l’ASM voit la menace montpelliéraine s’approcher dangereusement. La section paloise sort elle d’une défaite sévère à Castres (37-6) où ils n’ont pas vraiment existé au fil de la rencontre. Les hommes de Simon Mannix devront être bien réalistes quand les opportunités se présenteront pour rivaliser avec l’ogre clermontois. Car la défaite au Yves-Manoir n’a sûrement pas entamé la confiance des Clermontois qui restaient sur huit victoires consécutives. Les hommes de Franck Azéma voudront repartir de l’avant pour valider leur place pour les demi-finales.

Les absents palois de marque : Lespiaucq (plexus), Bianchin (commotion), King (genou), Bernad (cuisse), Orlandi (côtes), Marquès (épaule), Murray (commotion), Fernadez (cheville), Bobo (cheville).

Les absents clermontois de marque : Planté (dos), Ullugia (main), Yato (main), Raka (épaule), Kolelishvili (commotion), Van der Merwe (ischio-jambiers), 

Le joueur palois à surveiller : Julien Fumat. L’ailier palois est l’un des cadres de son équipe. Sa prestation pourrait être déterminante face à Clermont.

Le joueur clermontois à surveiller : Camille Lopez. Pour son retour, l’ouvreur clermontois a été intéressant dans le jeu courant. Il devrait monter en régime contre les Palois.

La décla paloise : Simon Mannix, manager : «On va s'attacher à corriger nos lacunes physiques car nous avons envie d'être performants face à Clermont. Je suis sûr que nous le serons ».

La décla clermontoise : Alexandre Lapandry, troisième ligne : « Nous n’avons rien ramené du Racing, à nous de trouver les bons ingrédients pour revenir avec quelques points de plus du Béarn. Nous allons jouer contre une belle équipe de Pau ».

 

STADE FRANÇAIS – OYONNAX : LE MATCH DES PROFONDEURS

Le Stade Français ne veut pas se faire peur. Premiers non relégable, les Parisiens craignent en cas de défaite de voir revenir leur adversaire du week-end Oyonnax dans la course au maintien. Contre Bordeaux-Bègles, les Parisiens se sont une nouvelle fois inclinés (35-25) mais la seconde mi-temps laisse entrevoir quelques progrès. Une amélioration qu’il faudra confirmer dès ce week-end face à une équipe qui a obtenu sa cinquième victoire de la saison. Oyonnax s’est en effet imposé face à La Rochelle, une première depuis le 19 mars. Les Oyomen se sont donc donnés un léger répit en vue du maintien et peuvent croire en l’exploit. Johann Authier utilisera cette corde sensible pour motiver ses troupes. Si le club de l’Ain a de grandes chances de jouer en Pro D2 la saison prochaine, une victoire ne serait que bénéfique pour préparer la suite.

Les absents parisiens de marque : Genia (genou), Van der Merwe (genou), Alberts (cuisse).  

Les absents oyonnaxiens de marque : Martin (adducteurs), Vainikolo (genou), Mickaël De Marco (épaule), Fa'asavalu (genou), Gunther (genou) .

Le joueur parisien à surveiller : Jonathan Danty. Auteur d’une belle rentrée face à l’UBB, Jonathan Danty fait partie des joueurs de la ligne d’attaque parisienne qui peuvent faire basculer un match.

Le joueur oyonnaxien à surveiller : Olivier Missoup. Le troisième ligne signe son retour pour ce match crucial. Dans une rencontre où le combat sera déterminant, sa présence ne sera pas de trop. 

La décla parisienne : Gonzalo Quesada, manager : « On va se contenter de gagner. Il faudra donc être très efficace sur les bases. J’ai énormément de confiance en mon équipe».

La décla oyonnaxienne : Marc Clerc, pilier : « Mathématiquement, tant que le couperet n’est pas tombé, on peut toujours y croire. Ce sera un gros match de fin de saison, un rendez-vous de phase finale de bas de tableau ».

 

BRIVE – RACING 92 : LA TÊTE AILLEURS POUR LE RACING

Si le Racing 92 a bien un match en tête, c’est bien la finale de Champions Cup face aux Saracens le 14 mai. Les Franciliens vont donc se rendre à Brive avec la tête à l’Europe. Les deux Laurent vont aligner une équipe très remaniée à l’image de celle qu’ils avaient choisie pour se rendre à Toulouse. Mais même en faisant quelque peu tourner, les Ciel et Blanc sont redoutables. Ils l’ont montré le week-end dernier. Sans leur star Dan Carter, les Racingmen se sont imposés face à Clermont et ont montré une nouvelle fois qu’ils avaient de solides ressources mentales. Défaits à Agen, les Brivistes sont eux quasiment hors course pour les phases finales. Neuvième à dix points du sixième, le CAB peut difficilement croire encore au Top 6. Mais en cas de victoire, les joueurs de Nicolas Godignon conserveraient une lueur d’espoir.

Les absents brivistes de marque : Radikedike (genou), Lavergne (Clavicule), Marais (coude), Sanconnie (coude), Lebas (commotion).

Les absents franciliens de marque : Szarzewski (genou), Chavancy (reprise), Nyanga (cheville), Laulala (reprise)

Le joueur briviste à surveiller : Sisa Koyamaibole. Auteur d’un essai face à Agen, le numéro huit fidjien essaiera de faire parler sa puissance face à la défense francilienne.

Le joueur francilien à surveiller : Camille Chat. Le talonneur du Racing 92 a fait preuve d’un gros volume de jeu face à Clermont. A confirmer pour le jeune joueur du XV de France.

La décla briviste : Mathieu Blin, manager : « On va tout faire pour finir le mieux possible et avoir un peu plus de valeurs qu'on en a eu contre Oyonnax ».

La décla francilienne : Thibault Dubarry, deuxième ligne : «Contrer cette équipe, c’est avant tout de répondre sur le défi, les un contre un, car ils ont des joueurs rugueux ».

 

TOULOUSE – AGEN : UN DERBY DE LA GARONNE POUR ENCHAÎNER

Le Stade Toulousain pourrait enfin enchaîner une troisième victoire consécutive. Chose qu’il n’a pas fait depuis les trois premières journées. Fort de son exploit à Nice face à Toulon (12-10), Toulouse veut assurer sa place dans les six et pourquoi pas venir titiller les quatre premières places, synonyme de quart de finale à domicile. Avec un calendrier favorable, les hommes d’Ugo Mola peuvent regarder vers le haut. Mais attention, Agen s’est réveillé le week-end dernier. Les Lot-et-Garonnais sont parvenus à l’emporter à domicile face à Brive. A présent, les joueurs de Mathieu Blin peuvent croire au maintien même si la mission est plus que compliquée pour la lanterne rouge à 11 points du Stade Français, premier non relégable.

Les absents toulousains de marque : Huget (genou), Albacete (genou), Mêlé (poignet), Camara (genou).

Les absents agenais de marque : Giraud (dos), Roux (ischio-jambiers), Du Preez (genou), Paris (genou), Balès (cheville).

Le joueur toulousain à surveiller : Florian Fritz. En feu dans le jeu et surtout face aux perches, le trois-quarts centre français fera parler sa puissance face à la défense agenaise.

Le joueur agenais à surveiller : Filipo Nakosi. Très en vue face à Brive, l’ailier fidjien emmènera tout son punch à la lanterne rouge du Top 14.

La décla toulousaine : Yoann Maestri, deuxième ligne : « Nous avons fait une très bonne performance. Ce serait dommage de manquer de respect à cette équipe d’Agen en la prenant de haut ».

La décla agenaise : Mathieu Blin, manager: « Les garçons prennent les choses en main, c'est positif. L'objectif désormais est de ne pas finir derniers du championnat ».

 

TOULON – CASTRES : SE RELEVER POUR TOULON

Toulon doit se ressaisir. Après la défaite lors de la réception délocalisée de Toulouse (12-10), le RCT n’a pas le droit d’enchaîner une deuxième défaite de rang sur leur terre. Les Toulonnais vont donc être remontés ce dimanche. D’autant plus qu’ils peuvent avoir peur pour leur place dans les quatre premiers. En effet, Toulouse revient comme une balle, fort d’un calendrier favorable. Face à eux, c’est l’une des équipes en forme du championnat. Castres reste sur trois victoires consécutives dont une dernière très démonstrative face à Pau (37-6). Forts dans les bases, les Castrais jouent de plus en plus avec leurs arrières. Ils peuvent faire mal à n’importe quelle équipe, qui plus est avec la confiance qu’ils ont engrangée. La mission reste difficile pour les Tarnais puisque les Toulonnais ont un couteau sous la gorge.

Les absents toulonnais de marque : Fresia (accromio), Tillous-Borde (genou), Ollivon (épaule), Manoa (genou), Taylor (infection ORL).

Les absents castrais de marque : Martial (adducteurs), Mach (genou), Faasalele (suspendu).

Le joueur toulonnais à surveiller : Duane Vermeulen. Face à Toulouse, le Sud-Africain a été une nouvelle fois monstrueux dans les impacts. Il sera important pour son équipe afin de gagner les duels.

Le joueur castrais à surveiller : Marc-Antoine Rallier. Titulaire depuis la blessure de Briche Mach, le talonneur assure plutôt bien l’intérim. Il a notamment été très actif face à Pau le week-end dernier.

La décla toulonnaise : Mourad Boudjellal, président : « Nous sommes quand même encore en course pour terminer cette phase régulière parmi les quatre premiers et pour ainsi disputer un quart à Mayol ».

La décla castraise : Julien Caminati, trois-quarts : « On y va sans pression. Nous allons nous tester face à une équipe revancharde qui a des choses à se prouver. C’est un « kiff » de jouer à Mayol. »

Guillaume Courselle 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant