Top 14 : Les enjeux de la 22eme journée

le
0

Après les demi-finales de coupes d’Europe, le Top 14 reprend ses droits avec en ligne de mire la course au Top 6. Un sprint palpitant avec deux chocs : Toulon - Toulouse et Racing 92 - Clermont.

TOULON – TOULOUSE : Les Rouge et Noir faceà face

Les deux équipes veulent enchaîner après leur dernière victoire en Top 14 avant la trêve européenne. Pendant que le Stade Toulousain a triomphé à domicile face au Racing 92 (14-3), le RC Toulon est allé chercher une victoire bonifiée sur le terrain de Pau (25-9). Un succès permettrait d’enchaîner et d’enclencher une spirale positive. Les Toulonnais devront confirmer qu’ils ont bien digéré leur élimination en quart de finale de Champions Cup. D’autant plus que la victoire est impérative pour les Varois - quatrièmes du classement - s’ils veulent espérer finir dans les deux premiers. La mission commando commencera par une victoire ce samedi (14h45). En cas de succès de Toulouse, ce serait un gros coup de la part des Haut-Garonnais. Il permettrait aux hommes d’Ugo Mola, sixièmes au classement, de se mettre dans une position très favorable pour la qualification au Top 6. Car le Stade Toulousain n’est pas encore sûr d’être qualifié pour les phases finales. La bataille est lancée avec les autres prétendants comme Castres et Bordeaux-Bègles. Les absents toulonnais de marque : Fresia (accromio), Tillous-Borde (genou), Ollivon (épaule), Manoa (genou), Taylor (infection ORL). Les absents toulousains de marque : Huget (genou), Albacete (genou), Mêlé (poignet), Maestri (épaule), Camara (genou), Dusautoir (pied). Le joueur toulonnais à surveiller : Delon Armitage. L’arrière du RCT est en grande forme. Auteur de deux essais face à Pau, il sera l’un des grands dangers pour la défense toulousaine. Le joueur toulousain à surveiller : Gaël Fickou. Le centre toulousain a été décisif sur les deux essais toulousains contre le Racing 92. Il pourrait faire tourner le match en la faveur des siens. La décla toulonnaise : Maxime Mermoz, centre :  « On travaille mieux ensemble désormais et je pense que l'équipe n'a pas envie de revivre ce que l'on a vécu à Marseille, il n'y a pas longtemps face à Clermont et il y a un an face à Toulouse ». La décla toulousaine : Sébastien Bézy, demi de mêlée : « Je pense que maintenant on ne peut plus compter les matchs et il faut se concentrer sur chaque match qui arrive. On va essayer de bien travailler pour essayer de faire quelque chose là-bas. »

MONTPELLIER - GRENOBLE : Les deux revenants de Challenge Cup

On dit souvent qu’il est plus facile de récupérer après une victoire qu’après une défaite. L’adage pourrait bien se vérifier ce week-end puisque ce match oppose les deux équipes engagées en demi-finales de la Challenge Cup. Alors que Grenoble a été battu assez largement par les Harlequins (30-6), Montpellier a gagné en toute sérénité face à Newport (22-12) et enchaîne une huitième victoire consécutive. Autant dire que le dauphin de Clermont au classement est le grand favori de ce match tant sa confiance est au beau fixe. D’autant plus que de leur côté, les Grenoblois risquent d’avoir la gueule de bois après la fin de leur rêve en Challenge Cup. Néanmoins, les Isérois pourraient de nouveau croire aux phases finales en cas de victoire en terre héraultaise. Nul doute que Fabrice Landreau n’hésitera pas à jouer sur cette corde sensible pour motiver ses troupes. Les absents montpelliérains de marque : Mogg (ischio-jambiers), Trinh-Duc (cheville), Géli (dos), Fall (pied). Les absents grenoblois de marque : Roodt (cheville), Grice (doigt), Edwards (commotion), Vanderglas (cervicale), Hunt (genou), Kimlin (mollet), Wisniewski (poignet). Le joueur montpelliérain à surveiller : Robins Tchale-Watchou. Comme à son habitude, le MHR s’appuiera sur ses avants. Le deuxième ligne montpelliérain est en grande forme dans le combat. Le joueur grenoblois à surveiller : Charl McLeod. En difficulté en Coupe d’Europe, le demi de mêlée devra se remettre au diapason pour mener son équipe et aller chercher un résultat à Montpellier. La décla montpelliéraine : Fulgence Ouedraogo, troisième ligne : « Bien entendu, ce sera difficile de tenir sur les deux tableaux, mais on sent dans ce groupe un sentiment de sérénité assez impressionnant. Il y a dans cette équipe une telle faim de gagner des titres ». La décla grenobloise : Marc Chérèque, président : « Notre objectif en début de saison était de se qualifier pour les quarts de finale du Challenge. C’est fait ! L’autre objectif était de terminer dans les huit en championnat ».

OYONNAX - LA ROCHELLE : Un coup à jouer pour La Rochelle

Et si La Rochelle jouait les trouble-fêtes dans la course au Top 6 ? Neuvièmes du classement, les Rochelais ont une opportunité de se rapprocher de leurs concurrents aux phases finales. D’autant plus que les hommes de Patrice Collazo affrontent une équipe déjà condamnée à la Pro D2. Oyonnax sort qui plus est d’une large défaite sur le terrain de Brive (31-11). Tout le contraire des Maritimes qui ont glané durant la dernière journée un succès ô combien important face à Bordeaux-Bègles (22-15). Si les Jaune et Noir n’ont pas encore dit adieu à leurs chances de Top 6, la victoire ce samedi sonne comme la dernière chance pour une équipe ayant quelques difficultés à l’extérieur. Attention tout de même à l’orgueil des Oyomen. Les hommes de Johann Authier voudront sauver leur honneur devant leur public. Les absents oyonnaxiens de marque : Martin (adducteurs), Vainikolo (genou), Mickaël De Marco (épaule), Clerc (dos). Les absents rochelais de marque : Kaulashvili (dos), Lacroix (genou), Pelo (pectoral), Raikuna (genou), Gau (épaule), Roumieu (épaule), Botia (genou). Le joueur oyonnaxien à surveiller : Hansell Pune. Si Oyonnax veut remporter ce match, il devra s’appuyer sur la justesse et l’expérience de son trois-quarts centre. Le joueur rochelais à surveiller : Alofa Alofa. De retour à la compétition face à Bordeaux-Bègles, l’ailier samoan a été l’un des Rochelais les plus dangereux. La décla oyonnaxienne : Thomas Bordes, talonneur : « On veut montrer que le Top 14, c’est notre place et que même si l’on n’a pas fait ce qu’il fallait pour s’y maintenir, on en avait les moyens ». La décla rochelaise : Julien Audy, demi de mêlée : « Dix défaites à l’extérieur, c’est difficile comme chiffre. Nous sommes des compétiteurs, on veut corriger cela rapidement ».

CASTRES – PAU : Aller chercher le Top 6 pour le C.O

Castres n’a pas le droit à l’erreur. La victoire est impérative en vue des phases finales. Sixièmes, les Castrais ne peuvent s’incliner sous peine de voir l’UBB revenir à hauteur en cas de victoire. A domicile, les Tarnais devront faire un sans-faute s’ils veulent accrocher les phases finales du Top 14. Les hommes de Christophe Urios sont en forme avec deux victoires d’affilées et un dernier succès précieux à Grenoble (33-28). Pau est plus libéré à l’approche de ce match. Les Palois ont déjà assuré leur maintien et ne pourront plus jouer les premiers rôles dans ce championnat. Néanmoins, les joueurs de Simon Mannix voudront relever la tête après leur défaite à domicile face à Toulon (25-9). Les absents castrais de marque : Martial (adducteurs), Mach (genou). Les absents palois de marque : Lespiaucq (plexus), Marquès (épaule), Murray (commotion), Fernandez (cheville), Bobo (cheville), Orlandi (côte). Le joueur castrais à surveiller : Benjamín Urdapilleta. Etincelant face à Grenoble, l’ouvreur argentin doit confirmer sa forme de fin de saison. Dépositaire du jeu, il aura bien entendu un rôle primordial. Le joueur palois à surveiller : James Coughlan. Le numéro huit irlandais revient en grande forme. Sa puissance sera un atout et aura un client en face en la personne d’Alex Tulou. La décla castraise : Christophe Urios, directeur sportif : « On voulait être à la bagarre pour le top 6, on y est et c'est la meilleure partie de la saison. On n'a pas de questions à se poser, c'est l'heure ». La décla paloise : Simon Mannix, manager : « Cette année, nous avons fait le boulot bien avant la fin de saison en assurant notre maintien en Top 14. C'est positif même si on était capable de faire mieux ».

AGEN – BRIVE : Brive doit gagner pour espérer

Brive pourrait bien faire un gros coup. Agen étant condamné, une victoire du CABCL est tout à fait envisageable. En cas de succès, les Brivistes se repositionneraient sérieusement dans la course aux phases finales, même si leur calendrier est loin d’être aisé. Huitièmes au classement, les hommes de Nicolas Godignon peuvent y croire et sont en forme après leur large victoire à domicile face à Oyonnax (31-13). Dynamique inverse pour leur adversaire, Agen n’a pas gagné depuis le 27 février. Même si le club a déjà fait une croix sur le maintien, les Agenais veulent sauver leur honneur à Armandie et voudront également préparer au mieux la saison prochaine en Pro D2. Les favoris sont les Brivistes mais attention à l’orgueil agenais. Les absents agenais de marque : Giraud (dos), Roux (ischio-jambiers), Du Preez (genou), Paris (genou), Balès (cheville). Les absents brivistes de marque : Radikedike (genou), Lavergne (Clavicule), Marais (coude), Sanconnie (coude), Masilevu (épaule). Le joueur agenais à surveiller : Burton Francis. De retour dans l’équipe, l’ouvreur sud-africain devra se remettre le pied à l’étrier. Sa performance sera déterminante pour qu’Agen gagne ce match. Le joueur briviste à surveiller : Putasi Luafutu. Auteur d’une grosse prestation face à Oyonnax, le troisième ligne australien devra confirmer face aux Agenais. La décla agenaise : Mathieu Blin, manager : « L'objectif est d'être regardé par le public avec bienveillance et c'est ce qu'on leur doit. » La décla briviste : Arnaud Méla, deuxième ligne : « Pour rendre nos dernières réceptions intéressantes, il ne faut surtout pas oublier le match d’Agen, à qui on doit le plus grand des respects ».

BORDEAUX-BEGLES – STADE FRANCAIS : Victoire impérative pour l'UBB

Le calendrier de l’UBB est pour le moins compliqué avec trois déplacements sur les cinq dernières journées. Les joueurs bordelais n’ont donc pas le droit à l’erreur à domicile, d’autant plus qu’ils ont loupé le coche durant la dernière journée à La Rochelle (22-15). Une défaite rageante qui plus est sans le bonus défensif. Face à eux, les Parisiens sont dans une dynamique plus que délicate. Alors qu’il restait sur deux défaites consécutives, le Stade Français a perdu à domicile face à Montpellier durant la dernière journée (20-26). Les deux équipes ont pu recharger les batteries durant la trêve européenne et devront le montrer. Bordeaux-Bègles doit gagner, mais le Stade Français se doit de relever la tête. Un air de revanche plane sur cette rencontre. A l’aller, les Bordelais s‘étaient imposés dans les dernières minutes à Jean Bouin (24-21). Les absents bordelais de marque : Poirot (genou), Domvo (genou), Serin (côtes), Saili (mollet), Avei (épaule). Les absents parisiens de marque : Genia (genou), Van der Merwe (genou), Felsina (mollet), Flanquart (plancher orbital). Le joueur bordelais à surveiller : Louis-Benoît Madaule. A l’aise dans le jeu et en touche face à La Rochelle, le troisième ligne est l’une des pièces maîtresses de l’UBB. Le joueur parisien à surveiller : Willem Alberts. Le troisième ligne sud-africain a été l’un des seuls à surnager dans le combat face à Montpellier. Une nouvelle fois, il devrait être déterminant dans ce secteur. La décla bordelaise : Raphaël Ibañez, manager : « Tous les joueurs sont impliqués. C’est un rendez-vous majeur qui nous attend samedi au Matmut-Atlantique ». La décla parisienne : Sergio Parisse, troisième ligne centre: « Le match aller face à l’UBB était un peu le début de notre spirale négative. Dans nos têtes, je pense que cela va être source de motivation pour ce déplacement ».

RACING 92 - CLERMONT : Le choc du haut de tableau

C’est l’autre belle affiche avec Toulon - Toulouse. En clôture de cette 22eme journée, le Racing 92 reçoit le leader Clermont. Les deux équipes sont sur un nuage. Alors que les Racingmen viennent à peine de se qualifier pour la finale de la Champions Cup, Clermont reste lui sur huit succès consécutifs avec une large victoire bonifié face à Agen (38-10). Franck Azéma a bien pu prendre le soin de reposer ses joueurs à l’approche de ce choc au stade Yves-Manoir. Le Racing 92 reste donc sur cette victoire en demi-finale de Champions Cup face à Leicester mais sur une défaite en Top 14 face au Stade Toulousain (14-3). Néanmoins, les Franciliens s’étaient rendus avec une équipe remaniée à Toulouse. Là encore, c’est peut-être le meilleur moment pour prendre le Racing 92 qui sera sans Dan Carter ménagé. Pourtant, quatrièmes du Top 14, les Racingmen doivent gagner pour continuer à espérer aux deux premières places qualificatives pour les demi-finales du championnat de France. Clermont est plus relâché avec son avance au classement. Les absents franciliens de marque : Thomas (ischio-jambiers), Dumoulin (épaule),  Szarzewski (genou), Chavancy (jambe), Nyanga (cheville), Laulala. Les absents clermontois de marque : Zirakashvili (bras), Planté (dos), Ullugia (main), Yato (main), Raka (épaule). Le joueur francilien à surveiller : Chris Masoe. Le troisième ligne centre a été colossal en coupe d’Europe. Sa défense sera primordiale pour le club francilien afin de contrôler les assauts clermontois. Le joueur clermontois à surveiller : Camille Gérondeau. Performant face à Agen, le numéro huit clermontois fait une très bonne saison et va retrouver son ancien club. Son duel avec Chris Masoe sera à suivre. La décla francilienne : Virgile Lacombe, talonneur : « Nous avons besoin d’une victoire. Il faut passer au Top 14 et oublier la Coupe d’Europe pendant deux semaines. » La décla clermontoise : Morgan Parra, demi de mêlée : « Nous avons la chance d’avoir un peu d’avance au classement, nous devons en profiter pour nous lâcher à Colombes. » Rédigé par Guillaume Courselle
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant