Top 14: le Stade Français veut s'exporter

le
0

par Mathieu Baratas

PARIS (Reuters) - Installé dans une bonne dynamique depuis un mois, le Stade Français cherchera une première victoire à l'extérieur cette saison lors du déplacement à Perpignan, vendredi, pour basculer dans le haut de tableau du Top 14.

La rencontre entre le club parisien, septième du Top 14, et son homologue catalan, huitième, est un premier tournant dans la saison pour les deux équipes séparées de deux points.

Incapables de gagner hors de leurs bases depuis une victoire à Bourgoin (6-26) lors de la 14e journée la saison passée, les Parisiens mesurent la difficulté de la tâche qui les attend en Catalogne.

"Il ne faut pas être prétentieux. Depuis le début de saison, on prend des valises à l'extérieur. On a le chic de remettre les équipes qui ne sont pas bien comme il faut. Nous ne sommes pas sereins, sereins, à l'extérieur et eux ne sont pas sereins à la maison. Ce ne sera pas un grand match de rugby", prédit le demi de mêlée Julien Dupuy.

Pas forcément à la fête lors de ses dernières sorties hors de la capitale, le Stade Français a perdu son savoir-faire pour aborder ces rencontres à enjeu où la maturité et l'expérience font la différence.

"L'équipe a repris confiance et veut continuer sa progression. On veut retrouver un rythme qu'on n'avait plus", a dit le troisième ligne Pierre Rabadan.

"Ce qui nous intéresse, c'est la performance de l'équipe. Il faut conserver notre dynamique des trois dernières rencontres. Si on est présent dans l'engagement, on sera susceptible de faire un résultat là-bas", a-t-il ajouté.

"UN BON MATCH À L'ANCIENNE"

Pour imposer leur marque à l'extérieur, les hommes de Michael Cheika ont besoin de gommer leurs défauts habituels : entames de match ratées, manque d'engagement physique et mental et inconstance pendant la rencontre.

"On sait ce qu'il nous manque à l'extérieur. On a besoin de points et il faut les rattraper. Ce sont des mots. Il faut mettre des actes derrière. Il y a une ossature de joueurs qui peut nous permettre de faire cela", a analysé Rabadan.

Le retour des "mondialistes", les Français Pascal Papé et Dimitri Szarzewski, les Argentins Felipe Contepomi et Rodrigo Roncero, a renforcé le collectif parisien qui s'est montré plus "plus froid et plus réaliste" malgré la défaite à Toulouse (18-15) et surtout lors des victoires face à Clermont (37-16) et à Worcester (14-23).

A Perpignan, "cela va être chaud". Les Parisiens sont unanimes pour décrire un contexte local compliqué depuis le limogeage de l'entraîneur Jacques Delmas, qui fut aussi en poste à Paris lors de saison 2009-2010.

"Cela va être encore plus chaud que d'habitude. Cela rajoute du piment à un match qui n'en manque déjà pas", a dit Rabadan.

"On s'attend à un bon match à l'ancienne, fermé, très rude, un vrai match de rugby! Ce sera le même match qu'à Toulouse mais en plus con. Tout dépendra en fait de qui prendra le dessus d'entrée", a complété Dupuy.

Et pour exister à l'extérieur, les soldats roses n'auront pas d'autre choix que de contrer la furia catalane.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Benjamin Massot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant