Top 14: le Racing à nouveau ambitieux

le
0

par Mathieu Baratas

ANTONY, Hauts-de-Seine (Reuters) - Un temps secoué par une crise sportive et managériale, le Racing affiche un état d'esprit sans faille et des ressources humaines en abondance pour viser les play-offs du Top 14.

Désormais sixième avec 54 points, le club des Hauts-de-Seine entend poursuivre samedi avec la réception de Brive sa série de quatre succès lors des cinq dernières journées, dont le dernier (27-16) avec le bonus offensif face à Castres.

"Par rapport à avant, on gagne plus de matches qu'on n'en perd. Il y a une dynamique qui est intéressante", reconnait le manager du Racing, Pierre Berbizier.

"On se concentre par rapport à notre match. On sait que chaque match sera difficile car chaque équipe cherche à engranger des points. Brive est très difficile à man?uvrer et prend très peu d'essais", ajoute-t-il.

Le club peut toujours accrocher les play-offs pour la troisième année de suite, un objectif qui semblait difficilement atteignable en milieu de saison, quand l'équipe avait perdu le conducteur de son jeu.

Les départs traumatisants de l'entraineur des arrières, Simon Mannix, et du troisième ligne Sébastien Chabal puis la fronde des joueurs contre le management de Berbizier n'ont pas empêché tous les acteurs de se ressouder ces dernières semaines.

"Ce travail en continuité nous permet de prendre un peu plus confiance et d'avoir plus de réussite, éléments que nous n'avions pas toujours eu. Le travail du groupe est plus poussé car chacun a envie d'un peu plus", dit Pierre Berbizier.

"UN CERTAIN ÉQUILIBRE"

A quatre journées de la fin de saison régulière et à la différence de la première partie de la saison, il profite d'avoir un groupe étoffé à tous les postes pour travailler et peaufiner son projet de jeu.

"Je préfère gérer par l'excès que par défaut", juge le coach francilien. "C'est ce déséquilibre qui nous a coûté pas mal de difficultés cette saison. On a restauré un certain équilibre au niveau de l'effectif. J'espère m'appuyer sur cet effectif pour mieux faire des rotations."

Même si Pierre Berbizier est tenté de figer un Quinze de départ, il apprécie que l'ensemble du groupe, des titulaires aux réservistes, se soit remobilisé autour d'un même dessein.

"Je suis persuadé qu'il y a vingt-cinq frustrés dans ce groupe. Ceux qui ne sont pas dans le groupe jouent pour nous permettre de travailler. Il y aura des opportunités de changements et nous avons besoin de tout le monde", assure-t-il.

"La vie du groupe n'est pas fermée. Au contraire, elle doit rester ouverte pour que chacun puisse saisir l'opportunité si elle se présente", conclut-il.

édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant