Top 14: Imanol Harinordoquy enfin de retour à Biarritz

le
0
RETOUR D'IMANOL HARINORDOQUY À BIARRITZ
RETOUR D'IMANOL HARINORDOQUY À BIARRITZ

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Absent depuis près de six mois, le troisième ligne de Biarritz Imanol Harinordoquy effectuera son grand retour devant son public d'Aguilera samedi, lors de la 12e journée du Top 14, face à Bordeaux-Bègles.

Dans une interview à Reuters, il s'estime prêt mais laisse encore planer un petit doute.

"Je ne suis évidemment pas à 100% et je pense que je ne peux jouer plus d'une demi-heure. Le mieux c'est de le faire en tant que remplaçant", dit-il.

Depuis la victoire le 18 mai en finale du Challenge européen face à Toulon (21-18), Imanol Harinordoquy n'a plus disputé le moindre match.

Opéré d'un genou le 4 juin, il vient de vivre le début de saison de son équipe des tribunes et a regardé l'équipe de France disputer sans lui les trois matches de la tournée d'automne.

"J'ai déjà été blessé pour des entorses d'une cheville ou d'un genou ou des côtes cassées mais ça n'avait jamais duré plus de deux mois. Je n'avais pas le temps de me poser des questions", dit-il.

"Là, ça a été plus difficile à gérer, plus difficile à vivre. Quand on est blessé, on vit en marge de l'équipe et il y a des jours où on se sent bien seul. Je ne l'ai pas bien vécu."

"UN TIR, UN BUT"

Le compétiteur qu'il est a vu le BO débuter la saison en trombe avec quatre victoires consécutives puis aligner six défaites avant de stopper l'hémorragie face à Perpignan le 10 novembre (15-3) grâce à cinq pénalités de Dimitri Yachvili, l'autre grand blessé du début de saison qui fêtait son retour.

"Il a apporté son expérience, il a pesé sur le jeu car il sait gérer les temps faibles et les temps forts, et son apport a été important dans les tirs aux buts", juge-t-il.

"Moi, je peux juste apporter mon expérience. Encore que j'ai réussi un drop en Top 14 et que j'ai le meilleur taux de réussite du club avec un tir, un but!"

Aujourd'hui 7e du Top 14, Biarritz n'a pas perdu ses ambitions de se qualifier pour les phases finales. Harinordoquy lui-même n'en doute pas.

"Il faut gagner quelques matches pour aller chercher la 6e place et recoller à Grenoble (six points devant-NDLR). Mais il ne faut pas s'endormir pour ne pas être obligés de regarder derrière nous au classement", précise-t-il.

Vice-champion du monde l'an passé en Nouvelle-Zélande, titulaire de 82 sélections à 32 ans, Imanol Harinordoquy a raté le train de la tournée d'automne du XV de France qu'une nouvelle génération a conduit vers trois succès face à l'Australie, l'Argentine et les Iles Samoa.

"Il était important de gagner, de concrétiser le bon travail effectué. Ca permet de construire, de couler le ciment pour la suite. J'ai trouvé de l'enthousiasme dans cette équipe, sur des matches différents. Elle n'a jamais joué petit bras", dit-il.

"Pour l'instant, ma priorité c'est de retrouver le terrain et après on verra. Le Tournoi des Six Nations, ce n'est pas pour tout de suite. Pour que je puisse revenir, tout passe par le club, où il faut être bon et régulier, réaliser de bonnes prestations."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant