Top 14: ébranlé, Toulouse veut se reprendre à Perpignan

le
0

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Le Stade Toulousain, sur courant alternatif depuis début mars, veut renouer le fil de sa saison dès vendredi à Perpignan, où le champion de France a l'occasion de décrocher son billet pour les demi-finales du Top 14, qui se disputeront au stadium de Toulouse.

Affaiblis par les blessures et la lassitude de leurs nombreux internationaux, très sollicités cette saison, les Rouge et Noir alternent entre victoire et défaite depuis plus d'un mois, eux qui n'avaient pas perdu une seule fois entre octobre et mars en championnat.

Les hommes de Guy Novès n'ont désormais que le Top 14 à disputer pour tenter de sauver leur saison, après une piteuse élimination samedi à Edimbourg en quart de finale de Coupe d'Europe (19-14).

Contre Perpignan, 12e et premier non-relégable, Toulouse (premier avec 78 points, soit 15 d'avance sur le troisième Toulon) s'attend à un match difficile mais fera tout pour poursuivre sa curieuse oscillation - cette fois-ci dans le bon sens.

"On est une équipe à réaction", sourit le troisième-ligne Yannick Nyanga.

"Poursuivre cette série, c'est tout le mal que je nous souhaite", poursuit le flanker international. "C'est sûr que ce n'est pas bien, parce que quand on est le Stade Toulousain, (...) on se doit d'être excellents à chaque fois qu'on sort, et ce n'est pas le cas en ce moment."

MATANAVOU FORFAIT

Un passage à vide qui s'explique en partie par la multiplication des blessures dans le vestiaire des quadruples champions d'Europe, pas épargnés par les pépins au fil d'une saison où les internationaux ont enchaîné un automne de Coupe du Monde, un hiver dans leur club et un Tournoi des Six Nations au printemps.

"Il faut rebondir, ça c'est sûr, parce qu'on peut difficilement rester comme ça. Maintenant, rebondir tout de suite, c'est difficilement envisageable vu que notre effectif de trois-quarts fond comme neige au soleil", déplore Jean-Baptiste Elissalde, entraîneur des arrières toulousains.

"Aujourd'hui (dans les lignes arrières), on ne peut aligner que les huit valides plus Aurélien Impérial", explique-t-il.

Le jeune centre de 22 ans a délaissé les Espoirs mercredi matin pour venir renforcer le groupe professionnel, où il devrait pallier le forfait du Fidjien Timoci Matanavou à l'aile.

"Tous les joueurs qui jouent des matches à répétition, Yannick Jauzion, Yves Donguy, Yann David, sont indéniablement fatigués, ils ont moins de 'peps' parce qu'ils n'arrêtent pas d'enchaîner", souligne Jean-Baptiste Elissalde, qui ajoute que le centre Florian Fritz est incertain et le troisième-ligne Louis Picamoles forfait.

"A force de tirer sur la corde, on savait qu'elle allait céder. Elle a cédé au pire des moments."

Le pire des moments, c'est peut-être celui d'aller défier une équipe de Perpignan en mal de points dans son antre d'Aimé-Giral, où le Stade avait gagné l'an dernier de haute lutte (24-25).

D'autant que l'enjeu est grand: si les Toulousains signent vendredi à Perpignan un meilleur résultat que les Toulonnais samedi à Agen, les champions de France en titre seront assurés, à trois journées de la fin de la phase régulière, d'être qualifiés directement pour les demi-finales du Top 14.

"C'est toujours difficile d'aller (à Perpignan), c'est toujours un contexte un peu hostile, un climat un peu chaud", prévient Jean-Baptiste Elissalde.

"D'autant plus que dans la situation dans laquelle ils sont (au classement), ce ne sera pas une partie de plaisir. A mon avis, ça va piquer."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant