Top 14: Clermont-Toulon, la fraîcheur face au tempo

le
0

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Clermont fait figure de favori face à Toulon dimanche en demi-finale du Top 14 mais les Auvergnats, en mal de repères après trois semaines sans jouer, devront miser sur leur fraîcheur pour dompter des Varois qui viennent d'enchaîner les matches couperets.

Pendant que l'ASM, qualifiée directement pour le dernier carré, rongeait son frein, le RC Toulon a joué et perdu la finale du Challenge européen (21-18 contre Biarritz), puis gagné sur le fil son barrage contre le Racing Métro (17-13).

Par contrecoup, les Toulonnais pourraient être un peu émoussés pour cette revanche de la demi-finale disputée par les deux clubs en 2010. A l'époque les Clermontois s'étaient imposés au bout de la prolongation (35-29), avant de remporter en finale leur premier bouclier de Brennus.

Meilleure attaque et meilleure défense de la phase régulière, Clermont refuse de se glisser dans la peau d'un favori pour ce match prévu à 16h30.

"On n'a pas plus de pression par rapport à un titre de favori ou pas, c'est quelque chose qu'on vit en interne. On veut juste être exigeant avec nous-mêmes et faire un bon match", souligne Vern Cotter, l'entraîneur des Jaune et Bleu,

"La seule pression qu'on a, c'est de prendre du plaisir", renchérit le capitaine Aurélien Rougerie. "On va simplement essayer de développer notre jeu et puis de mettre à mal cette défense toulousaine qui est, ma foi, assez hermétique et bien en place."

DÉCHET CONTRE ENTHOUSIASME

Conscient que le RCT sera immédiatement dans le bon tempo, Vern Cotter met en garde contre la "dynamique" des Rouge et Noir.

"Ils jouent des matches couperets depuis trois semaines, ça les aide un peu, ça forge un mental, un état d'esprit", explique-t-il. "On peut anticiper un match rugueux, difficile dès le départ, parce que c'est la manière avec laquelle Toulon, culturellement, aborde les matches."

"Nous, on anticipe un peu de déchet dans notre jeu, c'est normal parce qu'on n'a pas joué depuis trois semaines, mais on devrait avoir beaucoup d'enthousiasme", prévient-il. "Les joueurs ont une grosse envie de prendre l'initiative, de jouer, de se faire plaisir pour cette demi-finale."

Côté toulonnais, on veut croire que manque de rythme et manque de fraîcheur vont s'équilibrer.

"(Les Clermontois) sont très frais pour le match, c'est un avantage pour eux", relève le capitaine du RCT Joe Van Niekerk. Nous, on a joué chaque week-end, donc au niveau du rythme, de la continuité, c'est bon pour nous. Mais c'est une demi-finale, chaque équipe peut gagner, c'est 50-50."

"0,5% DE CHANCE" POUR TOULON

Le manager toulonnais Bernard Laporte se montre moins optimiste, ne donnant que "0,5% de chance" à son équipe de l'emporter. Mais il juge qu'"il n'y a rien d'impossible dans la vie", comme en témoigne le succès du RCT face au Racing une semaine après la désillusion en Challenge européen.

"On a gagné ce match, on a retrouvé de l'enthousiasme. C'est bien d'avoir rebondi tout de suite", fait valoir l'ancien sélectionneur du XV de France. "Et puis c'est surtout bien d'avoir réalisé la deuxième mi-temps que (mes joueurs) ont réalisé malgré le fait d'être menés à la mi-temps, c'était grandiose ce qu'ils ont fait."

Bernard Laporte a écarté tout esprit de revanche par rapport à la demi-finale perdue en 2010 contre Clermont.

"La moitié de l'équipe n'y était pas, moi je n'y étais pas, je n'ai même pas vu le match, on m'en a parlé. Il ne peut pas y avoir de revanche si c'est pas les mêmes mecs", a-t-il fait valoir, avant de renouveler sa confiance à son buteur Jonny Wilkinson qui a manqué quatre de ses cinq coups de pieds contre le Racing.

"Il s'est beaucoup entraîné. Jonny a notre confiance. C'est un professionnel comme je n'en ai jamais connu, il n'y a aucun souci là-dessus."

Une des principales inconnues de la rencontre reste la météo, avec la pluie qui pourrait s'inviter au Stadium de Toulouse, ce que Joe Van Niekerk ne souhaite pas.

"Si la pluie arrive, il faudra changer un peu la stratégie. Après, c'est la même situation pour les deux équipes, ça n'avantage personne", souligne-t-il.

"Mais moi, je veux jouer balle en main, donc c'est mieux pour les spectateurs et pour tout le monde s'il ne pleut pas."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant