Top 14: Clermont finit en trombe, record à la clé

le
0

PARIS (Reuters) - En écrasant Bordeaux-Bègles 67-3, Clermont a fait samedi le nécessaire pour finir la saison régulière en tête du Top 14 et établir un nouveau record d'invincibilité à domicile avec désormais 60 matches de suite sans défaite.

La 26e et dernière journée n'a pas suffi à rebattre les cartes dans le haut du classement: derrière Clermont, Toulon, Toulouse, Castres, le Racing Métro et Montpellier se suivent dans cet ordre.

Les barrages opposeront donc Toulouse au Racing-Métro sur la pelouse des champions en titre, vendredi, et le lendemain Castres à Montpellier, également dans le Sud-Ouest, les deux vainqueurs étant promis aux demi-finales.

Assurés de finir premiers ou deuxièmes, les Auvergnats étaient déjà qualifiés pour le dernier carré. Mais ils avaient une triple motivation: griller la politesse à Toulon, battre un record et choisir la date de sa demi-finale.

Le leader a en effet le privilège de choisir entre le 24 et le 25 mai - un détail qui n'est pas si anodin quand on sait que Clermont et Toulon auront disputé le week-end précédent une finale de Coupe d'Europe.

Mission réussie, grâce à neuf essais, inscrits par Elvis Vermeulen, Julien Malzieu, Sitiveni Sivivatu, Benson Stanley, Noa Nakaitaci, et Loïc Jacquet. L'ouvreur Brock James a ajouté huit transformations et deux pénalités à ce total.

"SEMAINE TRÈS COURTE"

Comme les "Jaunards", les Castrais ont réalisé une excellente opération en finissant quatrième, avec à la clé l'assurance de recevoir à domicile un quart de finale qui ne dit pas son nom.

Certes, ils ont perdu 29-28 sur la pelouse des Racingmen, mais ils ont privé leurs adversaires du point de bonus offensif qui aurait tout changé au classement.

"(On est) très satisfait. On voulait faire plaisir à notre public", s'est réjoui sur Canal + Laurent Travers, l'un des deux entraîneurs de Castres, qui prendra place sur le banc du Racing la saison prochaine.

Castres a toutefois intérêt à se méfier de Montpellier, qui a battu samedi Perpignan 50-22 et qui, surtout, l'avait éliminé au stade des barrages lors de la saison 2010-2011.

Le Racing Métro a finalement hérité de l'adversaire sans doute le plus redoutable des barrages, Toulouse, qui a balayé Grenoble 57-7.

Pour l'occasion, le stade Ernest Wallon a réservé une ovation à deux gloires déclinantes du club, les trentenaires Yannick Jauzion et Jean-Baptiste Poux, qui jouaient cette année leur dernière saison à Toulouse.

"On savait que serait dur, que ce soit le Racing ou Montpellier. (Il y a) beaucoup de difficultés qui se présentent avec une semaine qui va être courte", a prévenu l'entraîneur toulousain, Guy Novès, avant les barrages.

De son côté, Toulon a facilement pris l'ascendant (43-21) sur une équipe d'Agen qui avait fait cette semaine la grève de l'entraînement en raison d'un différend financier.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant