Top 14: Clermont en bête blessée, Castres à l'affût

le
0

par Jean Décotte

SAÏX, Tarn (Reuters) - Clermont, plombé par son échec en Coupe d'Europe de rugby le week-end dernier, s'annonce aussi dangereux qu'une bête blessée samedi en demi-finale du Top 14 à Nantes, où Castres sera à l'affut de sa première finale de championnat depuis dix-huit ans.

Les Clermontois ont eu une petite semaine pour panser les plaies de la finale de H Cup perdue d'un point face à Toulon (15-16) et pour se remettre en chasse avec un nouvel objectif : sauver la saison en obtenant le deuxième bouclier de Brennus de leur histoire après 2010.

Mais le Castres Olympique, présent en phases finales pour la quatrième année d'affilée et demi-finaliste malheureux l'an dernier contre Toulouse (24-15), a désormais l'expérience des grands rendez-vous et se méfie de l'ogre auvergnat, même à terre.

"C'est sûr, ils vont être blessés mais je pense que toute cette semaine, ils ont cherché à se remotiver pour faire une super demi-finale, pouvoir arriver en finale et la gagner", a prévenu en conférence de presse le Castrais Rodrigo Capo Ortega.

"Je pense qu'une équipe comme Clermont, avec les performances de cette année, s'est mis comme objectif au moins d'être champion dans une compétition", a poursuivi l'international uruguayen.

Son partenaire Christophe Samson, natif de Clermont-Ferrand et ancien joueur Jaune et Bleu, ne croit pas non plus que les Auvergnats sortent affaiblis de cette finale perdue - une de plus pour un club qui détient le triste record du nombre d'échecs en finale du championnat de France (10).

"Ils vont vite tourner la page et ils vont se préparer comme il faut pour être à 130% pour cette demi-finale (...) et se concentrer sur le seul objectif qui leur reste maintenant, gagner le bouclier de Brennus", fait valoir le deuxième ligne du CO et du XV de France.

"MORTS DE FAIM"

Malgré plusieurs cadres incertains pour la demi-finale au stade de la Beaujoire (16h30), dont Morgan Parra, Wesley Fofana ou Gerhard Vosloo, l'ASM dispose sans doute d'une profondeur d'effectif suffisante pour relever la tête.

Surtout, les Jaune et Bleu ne veulent pas terminer bredouilles une saison où ils ont fini premiers de la phase régulière en championnat et survolé la Coupe d'Europe - excepté la finale perdue la semaine dernière à Dublin.

"Nous sommes morts de faim", dit le deuxième ligne Loïc Jacquet sur le site internet du club (www.asm-rugby.com), soulignant que "la vie ne s'arrête pas" malgré la défaite irlandaise.

"Nous avons envie de prouver que nous sommes un groupe de copains avec un gros mental et nous voulons nous remonter les manches pour aborder au mieux cette demi-finale."

Piqués au vif, les Clermontois auront toutefois le désavantage de n'avoir eu qu'une semaine de préparation, alors que les Castrais ont disposé de quinze jours pour peaufiner leur jeu depuis leur barrage victorieux contre Montpellier (25-12).

En outre, le CO pourra compter sur le retour dans le groupe de deux pièces maîtresses, le trois-quarts centre Romain Cabannes et le deuxième ligne samoan Joe Tekori, qui n'avait plus joué depuis janvier en raison d'une fracture du bras.

"Sur 30 matches il est difficile pour nous de faire la course avec une équipe comme Clermont", a dit à la presse Laurent Labit, l'entraîneur des arrières castrais.

"Mais sur un match, en ayant eu la possibilité d'avoir deux semaines pour se préparer, on pense que sur 80 minutes on est capables de rivaliser avec cette équipe."

PROGRESSION RECTILIGNE

Les Tarnais l'ont montré lors de la phase régulière en domptant les Clermontois (16-13) à domicile en octobre. Mais ils ont aussi pris l'eau en mars lors du match retour au stade Marcel-Michelin (37-10).

"Si Clermont est au niveau qui est le sien quand ils développent leur jeu, on sait très bien que ce sera difficile de tenir la mesure", a analysé Laurent Labit.

"Un match, c'est un match, et ils auront quand même de la pression sur les épaules en ayant perdu le week-end dernier. Après ce qu'ils ont réalisé depuis le début de la saison, personne ne comprendrait qu'ils ne gagnent rien cette année."

Castres, de son côté, espère poursuivre sa progression rectiligne - barrages en 2010 et 2011, demi-finale en 2012 - avec enfin la finale du championnat, dix-huit ans après un échec au Parc des Princes contre le Stade Toulousain (1995).

Pour la dernière saison au CO du duo d'entraîneurs Laurent Travers-Laurent Labit, en partance pour le Racing-Métro, nombre de Tarnais rêvent même de rééditer l'exploit de 1993, lorsque le club avait remporté un troisième bouclier de Brennus aux dépens de Grenoble.

"Il faut être ambitieux. Pour qu'une saison soit réussie, il faut gagner", a résumé Christophe Samson.

"Dans vingt ans, on parlera encore des champions de France, mais plus des finalistes ou des demi-finalistes (...) On est quatrièmes (de la phase régulière, NDLR). Si on suit la logique, ce devrait être les premiers champions de France mais c'est justement la beauté des phases finales, sur un match tout est possible."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant