Top 14 : ce que le titre a changé au Racing

le , mis à jour à 10:06
0
Top 14 : ce que le titre a changé au Racing
Top 14 : ce que le titre a changé au Racing

La dernière fois que le Racing a croisé la route de Clermont, c'était il y a un peu moins de trois mois, le 17 juin à Rennes. Les Ciel et Blanc s'étaient imposés dans les ultimes secondes de la prolongation au terme d'un match époustouflant (34-33) en demi-finale du Top 14 et s'étaient ouvert la route vers le titre décroché une semaine plus tard contre Toulon à Barcelone. Depuis, le bouclier de Brennus a eu ses effets, grands ou petits, sur un club qui retrouve les Auvergnats ce samedi soir, sur leur pelouse du stade Michelin.

 

Un frémissement à la billetterie

 

Le Racing n'est pas Clermont, ni Toulon, ni même La Rochelle. Il ne draine pas la même foule autour de lui. Depuis cet été, cependant, des frémissements se font sentir. « Nous avons déjà 12 % d'abonnements en plus pour la saison qui vient et nous allons finir à 15 % d'augmentation à la fin du mois, explique Johan Damous, le responsable de la billetterie. Il y aura donc 1 700 abonnés hors partenaires. C'est bien, mais le véritable changement sera dans un an quand l'équipe jouera à l'Arena 92 de Nanterre, car l'accès à Colombes est difficile et rebute beaucoup de monde. » Chez les rugbymen en herbe aussi, les succès de Carter et sa bande ont trouvé un écho. « Nous avons refusé du monde, indique le responsable de l'école de rugby Antoine Chenais. Toutes les catégories sont au maximum et nous ne pouvons pas dépasser 170 enfants. Cela représente 20 % d'augmentation. »

 

Des partenaires confortés

 

Les contrats avec les principaux sponsors étaient signés bien avant la conquête du bouclier. « Cela ne change pas grand-chose mais nos partenaires, qui sont une quarantaine, se sentent renforcés dans leurs convictions, et c'est important, note Frédéric Joly, le directeur de la régie commerciale. En revanche, on a de nouvelles demandes pour les hospitalités, c'est-à-dire pour les tables réservées par des sociétés qui veulent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant