Top 14: Biarritz doit réapprendre à se passer de Yachvili

le
0
LE BIARRITZ OLYMPIQUE DOIT RÉAPPRENDRE À SE PASSER DE DIMITRI YACHVILI
LE BIARRITZ OLYMPIQUE DOIT RÉAPPRENDRE À SE PASSER DE DIMITRI YACHVILI

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Le Biarritz Olympique a frôlé la catastrophe la saison dernière en l'absence de Dimitri Yachvili, mais son demi de mêlée est revenu de la Coupe du monde et de blessure et le BO s'est sauvé.

Le club basque espérait s'abandonner à la "Yachvili-dépendance" avec délice cette saison mais le dos de son cornac en a décidé autrement et plusieurs mois de galère menacent.

L'explication de ce risque est simple. Quand Yachvili n'est pas là, Biarritz perd, ce fut le cas lors de onze défaites en 15 rencontres de la première partie du Top 14 la saison passée.

Quand Yachvili est là, le BO gagne, ce fut le cas dans huit matches sur 12 remportés pendant la deuxième partie de la saison avec en prime la finale du Challenge européen enlevée face à Toulon avec 21 points de Yachvili sur 21.

Yachvili semblait devoir être là en début de saison et le BO se préparait avec enthousiasme.

Le week-end dernier, le demi de mêlée de 31 ans a certes été ménagé pour le premier match mais il était en tenue et a joué les 20 dernières minutes. Le BO a battu Mont-de-Marsan 35-10 avec le bonus offensif en prime.

Cet enthousiasme n'a tenu que quelques jours. Yachvili a annoncé qu'il allait devoir se faire opérer d'une hernie discale.

"Je n'avais pas le choix. Je ressentais des douleurs depuis quelques semaines. J'avais reçu des infiltrations il y a un mois mais la douleur persistait malgré les anti-inflammatoires", a-t-il dit.

"FAIRE AVEC CE QU'ON A"

Le demi de mêlée a précisé qu'il allait subir une "petite intervention chirurgicale" qui entraînerait "un minimum de deux mois d'absence (...) peut-être trois".

Voilà donc le BO contraint de réapprendre à se passer de son maître à jouer, talisman et buteur émérite pendant les huit prochains matches de Top 14 et les quatre premières journées de Coupe d'Europe.

L'épreuve commencera samedi à Agen où le pack biarrot sera cornaqué par le jeune Yann Lesgourgues.

Les dirigeants de Biarritz tentent de faire bonne figure.

"L'an passé, l'absence de Dimitri était combinée avec celles d'autres internationaux. Là, on est plus complet et on va bientôt récupérer nos absents. Imanol Harinordoquy devrait être de retour à la mi-septembre, Benoît Guyot et notre recrue Matt Berquist la semaine prochaine", explique le manager Laurent Rodriguez.

Pour l'ancien n°8, "l'influence et l'expérience de Dimitri sont importantes, mais c'est aussi l'occasion pour lancer Yann Lesgourgues qui a fait une bonne préparation et a été très bon face à Mont-de-Marsan".

"C'est une grosse perte mais on peut faire avec ce qu'on a. D'ailleurs on n'a pas l'intention de faire venir un joker médical", ajoute-t-il.

Laurent Rodriguez rappelle que Julien Peyrelongue peut aussi jouer demi de mêlée et possède des qualités de buteur reconnues, sans oublier que Jean-Pascal Barraque "peut enquiller les points des quatre coins du terrain".

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant